Penser voir

Pièce sonore (mp3, 10’, en boucle) et flux en direct d’une caméra de vidéosurveillance (2018)

Une caméra de surveillance braquée sur une plage analyse l’image qu’elle enregistre. Elle s’exprime par une voix de synthèse. Cependant, elle fait part de son incapacité à décrire vraiment ce qui se passe : comment reconnaître le sable, la mer, les passants, les arbres ? Qu’est-ce qu’un comportement suspect ? Que regarder et comment ? Se sentant incompétente, comme en burn-out, elle se compare aux micro-travailleurs ou aux algorithmes de détection du web. Elle décrit ses propres logiques, ses interrogations ; parfois, elle évoque des passages de Sur la certitude de Wittgenstein. De quoi est-on sûr ? Qu’est-ce que voir ? À quoi sert-elle ?

Voir la pièce en direct (version française) : www.acousticcameras.org/thierryfournier

*

Pièce créée dans le cadre du projet Acoustic Cameras, projet d’annexion sonore

Acoustic Cameras invite des compositeurs, poètes et artistes sonores à annexer les flux en temps réel de webcams situées dans différents lieux à travers le monde.

Le flux des webcams est intercepté mais non modifié. L’artiste est invité à créer une pièce sonore ou musicale en lien avec ce flux, cette pièce sonore agissant comme une modification de la réalité. Le dispositif ainsi créé est la rencontre entre une pièce sonore enregistrée et la captation en direct d’un paysage fluctuant.

Selon la saison, selon le temps qu’il fait, selon l’heure de la journée ou de la nuit, la caméra balaie en continu le lieu filmé (bord de mer, ville ou montagne) et écrit en temps réel le film de la musique de l’artiste. La musique, la création sonore, en accaparant le paysage filmé, le revêt aussitôt d’une dimension narrative, dramatique, selon les principes de la musique au cinéma. A la nuance près, qu’ici le film s’écrit en simultané.

Depuis sa création en 2016, la collection Acoustic Cameras s’est enrichie de plus d’une centaine de contributions d’artistes de toute la planète.

www.acousticcameras.org

Une proposition de Christophe Demarthe, co-éditée par Optical Sound (Pierre Beloüin & P. Nicolas Ledoux) et la Manufacture des Cactées (Didier Hochart & Thierry Weyd)
Production : optical-sound.com / editions-cactus.com
Design graphique : www.abm-studio.com
Développement : Didier Hochart – www.didhoc.com

En vigie

série de vidéos génératives, 2017

Série de vidéos génératives, format 16/9e, 20’, sonore, en boucle
écran LCD, clé usb, diffusion sonore, 2018

En vigie est une série de vidéos génératives, qui instaure une relation paradoxale entre le regard et l’attente. Un paysage choisi au bord de la mer ou d’un fleuve est filmé en plan fixe. L’image est ensuite interprétée par un programme : chaque mouvement est mis en évidence par une surbrillance, comme une luciole. L’ensemble de ces mouvements commande le déplacement d’une tête de lecture dans un crescendo d’orchestre, qui ne cesse de varier et dont le climax ne se produit jamais.

À travers cette situation de suspens cinématographique artificiel, le paysage et l’horizon deviennent l’objet d’un regard partagé entre humain et machine, qui interroge nos limites mais également les formes contemporaines d’une surveillance augmentée – dont le territoire de la Méditerranée est particulièrement investi.

La série comprend trois vidéos autonomes : En Vigie / Strasbourg en 2017, En Vigie / Nice et En Vigie / Venise (2018), chaque fois d’une durée de 20’ environ, en boucle.

En Vigie / Nice est présentée dans le cadre de l’exposition personnelle Machinal, Villa Henry, Nice, du 25 mars au 28 avril 2018, accompagnée d’un catalogue, avec un texte de Céline Flécheux et un entretien avec Isabelle Pellegrini.

I quit

installation, 2017

Installation (2017)
vidéos trouvées sur Youtube (32’, sonore, en boucle), lecteur vidéo et projecteur, miroir de salle de bains, casque audio, dimensions variables.

L’installation projette dans l’espace d’exposition une série de témoignages vidéos de personnes aux USA qui ont quitté les réseaux sociaux… et qui paradoxalement le publient tous sur Youtube. L’abandon d’une expérience décrite comme superficielle, mais aussi d’une reconnaissance sociale et l’inquiétude qui en résulte provoquent un discours prosélyte de « vie retrouvée », qui évoque aussi bien les born again que les alcooliques anonymes, soulevant les dimensions quasi religieuses de ces attachements.

Le dispositif est constitué d’un vidéoprojecteur et d’un miroir de salle de bains qui projette l’image en hauteur dans l’espace, comme si leur parole provenait de l’extérieur de notre environnement – de l’extérieur de la caverne en quelque sorte. Les vidéos sont en anglais non sous-titré. Un casque audio invite à les écouter individuellement.

Liste des vidéos :

Amy M – Why I quit Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=TgdCdd6ShLA
BrookeAlexia – Deleting my social media https://www.youtube.com/watch?v=O3Ed9vwhsRU
Cora Handley – Why I Deleted Most of My Social Media And Cut Off Most of My Friends – https://www.youtube.com/watch?v=-l0ZAd8D4Ao
D-Span – Why I quit social media and what it did! – https://www.youtube.com/watch?v=ljsxyN_rzok
Elessa O’Neil – Why I Really Quit Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=gmAbwTQvWX8
Hans Jordan P – Why I quit Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=80SVzi7BEnI
Haters Keep Up – Jay Junior – The Time I quit Social Media: Experiment – https://www.youtube.com/watch?v=P1wlWT_2DNI
Iggy Azalea – Just Quit Social Media! – https://www.youtube.com/watch?v=DmN3_1n0ZKw
Infinite Stars – Why I Quit Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=iHNhDE8NVvI
Ismael Millan – Why I quit Social Media!!! – https://www.youtube.com/watch?v=tCACOqaWZJ0
Koi Fresco – I’m Leaving Social Media… (Why You Should Too) – https://www.youtube.com/watch?v=hTbN68qvjwI
Lexi Dacrel – I Quit Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=jEIy-Z6pqsA
Mischa Janiec – Why I Quit Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=Rr6qaThFx4Y
Nikki Sharp – Why I’m Quitting Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=n7YXOJo-78o
Paullikespasta – Why I Quit Social Media Response – https://www.youtube.com/watch?v=o2_JbfRKXdo
Set Sail – Why I’m quitting Social Media For A Month – https://www.youtube.com/watch?v=IRbGesLcTMU
Sleeping Is For Losers – I quit Social Media – https://www.youtube.com/watch?v=5XukglIWwNk

Nude

installation, 2017

Nude (2017)
Moulages en silicone, cuir, composants électroniques d’écran, vidéo (3’09”), réglettes à leds, plexiglas, acier, 180 x 60 x 80 cm

Une installation déploie un corps hybride fait de composants électroniques d’écran, cuirs anthropomorphes et peaux artificielles en silicone. La vidéo est celle de la première main en 3D (et donc de la première peau) créée par les studios Disney en 1972. le dispositif confronte l’ensemble de ces peaux qui ont toutes muté à partir de leur statut initial.

Oracles

série d’impressions UV sur plexiglas, 2017

Impressions UV sur plexiglas, mousse acoustique, leds, 200 x 66 x 18 cm (2017)

Trois SMS sont générés sur un smartphone en écrivant un premier mot au hasard, suivi exclusivement des suggestions automatiques de l’appareil. Bien que ce principe vise à éliminer toute décision, on constate que l’algorithme intègre aussi des expressions personnelles, sans savoir à quel point, générant un texte d’une inquiétante étrangeté. Au même titre que sur le web, ce qui pourrait sembler produit exclusivement par des machines est déjà le résultat d’une hybridation produite par un programme constamment nourri par la capture du comportement humain.

Oracles existe en deux éditions : anglais et français.

Œuvre diffusée par la galerie en ligne ArtJaws

Just in case

gif animé et écran, 2016

gif animé, clé usb, écran LCD sur pied, 170 x 75 x 75 cm (2016)

Un écran se demande si la personne qui l’observe est humaine (« Just checking you are human…. »). Il hésite, calcule, une roue tourne. Enfin, il s’arrête et remercie, après avoir vérifié. Puis il recommence.

Œuvre diffusée par la galerie en ligne ArtJaws

Non-lieu

série de 3 impressions numériques, 2016

Série de trois impressions numériques, papier fine art contrecollé sur dibond, 75 x 50 cm (2016)

Non-lieu est une série d’images de bombardements trouvées sur le web, dans lesquelles la partie permettant de situer l’action est remplacée par l’image de fond de Photoshop. La collision entre ces photographies tronquées et la surface d’un écran évoque une distance irréductible vis-à-vis du réel : ce que nos technologies nous permettent aussi de ne pas voir.

Non-Lieu-01-1000

 

Non-Lieu-03-1000

Œuvre diffusée par la galerie en ligne ArtJaws

La Promesse

installation, 2016

Série d’impressions numériques (2016)
Version installation : impressions sur toile, projecteurs asservis, 1500 x 370 x 250 cm

En affichant sous une forme statique des messages typiques de la publicité et du web, La Promesse met en évidence l’attente qu’ils suscitent d’une maîtrise sur soi et sur le monde, et la suspension de l’attention qui en résulte. Ici, l’installation affiche trois textes géants dans trois vitrines, éclairés par des pulsations lumineuses, leur grande échelle s’adressant aux piétons et à la circulation automobile.

Exposition Données à voir, La Terrasse espace d’art de Nanterre, 7 octobre – 23 décembre 2016.

Sous-ensemble

installation, 2015

Installation (2015)

Dans un espace semblable à un studio de musique déserté (pieds de micros, enceintes, câbles…), la présence des spectateurs fait apparaître le son d’un orchestre symphonique qui s’accorde, instrument par instrument. L’accordage ne s’arrête jamais : l’orchestre peut parfois se reconstituer lorsqu’un groupe est présent mais le son demeure en suspens, naissant et disparaissant au gré du comportement des spectateurs.

Dans cette relation en miroir entre les visiteurs et les musiciens absents, on expérimente l’apparition d’un moment collectif, à travers l’archétype qu’en constitue un orchestre. D’autres visiteurs pourraient entrer, la musique pourrait commencer, mais elle reste au seuil. Le collectif demeure « en formation ».

Avec la collaboration de l’Orchestre national de Lille. Ingénierie, son et collaboration artistique : Jean-Baptiste Droulers. Programmation informatique : Mathieu Chamagne. Dispositif de captation : Alexandre Saunier. Tournage trailer : Emmanuel Simiand. Production : Bipolar / Mathieu Argaud. Production déléguée : SMartFr / illusion & macadam. Coproduction : Lille3000 / Festival Renaissance, Orchestre National de Lille, Pictanovo. Avec le soutien du DICRéAM (Ministère de la Culture et de la Communication / CNC) et du Fresnoy – Studio National des arts contemporains. Photographie orchestre © Ugo Ponte 2015

Ex/if

série de vidéos, 2014-2015

Série de vidéos, 2014-2015

Filmés au Japon et restitués sans aucun montage, ces trois instantanés vidéos relatent des situations où l’environnement humain et urbain s’assimile lui-même à un organisme ou à une machine : flux urbain abstrait de Tokyo filmé la nuit depuis le haut d’une tour (Mori) ; entraînement de tennis par une foule où chaque joueur vocifère la description de son action (Service) ; dispositif panoptique sur un toit d’immeuble où l’accumulation de capteurs de surveillance se veut compensée par une musique d’ambiance (Cool).

Thierry-Fournier-Veilles-03

Thierry-Fournier-Veilles-01

Ecotone

installation en réseau (2015)

Installation en réseau (2015)

Un paysage en 3D est généré par des messages captés en direct sur Twitter, lus par des voix de synthèse et qui ont tous en commun d’exprimer des désirs : « j’aimerais tellement », « je rêve de »… Une caméra se déplace à l’infini dans ce paradis artificiel, comme une addiction qui ne s’arrêterait jamais.

Extraits du contexte et des codes d’un réseau social, ces pensées personnelles et parfois intimes apparaissent comme un récit collectif, où le désir de l’être aimé côtoie celui d’une paire de baskets. À travers ces mots jetés comme des bouteilles à la mer et déjà déshumanisés par les voix des machines, l’œuvre aborde la trace de vies qui s’exposent sur le réseau, questionnant les limites fluctuantes entre intimité et vie publique.

Programmation et collaboration artistique : Olivier Guillerminet. Coproduction : Thierry Fournier et Lux scène nationale de Valence, avec le soutien du DICRéAM, du Fonds Scan Rhône-Alpes, de la DRAC Île-de-France et de Synesthésie.

Précursion

installation en réseau et in situ, 2014

Installation in situ et en réseau, 2014
ordinateur et programme, vidéoprojection ou écran lcd 55″, diffusion son

Un programme associe aléatoirement : des fils d’actualités en direct, des musiques de blockbusters et une série de plans vidéos très courts, chaque fois tournées au smartphone dans la ville où l’œuvre est exposée. Leur montage s’effectue en temps réel et au hasard, inventant de nouvelles narrativités et mettant en évidence les relations entre information, télé-réalité et cinéma. En brouillant les frontières entre fiction et réalité, les associations de sens – parfois burlesques ou tragiques – qui en résultent évoquent un storytelling commun à Hollywood et aux journaux télévisés, dont la perspective est toujours l’imminence de l’événement ou de la catastrophe.

Thierry-Fournier-Precursion-02

Thierry-Fournier-Precursion_EMO4282

Précursion a été créée dans le cadre de la résidence en arts numériques de Thierry Fournier à la Maison Populaire en 2014 (photographie ci-dessus, Emile Oroumov).

Ultima Thulé

série de 4 installations vidéo, 2013

Série de 4 installations vidéo, 2013
Jean Cristofol, Thierry Fournier et Jean-François Robardet
Création dans le cadre de Fenêtre augmentée 03, Marseille, 2013

La série Ultima Thulé est composée de quatre boucles tournées en plan-séquence dans des quartiers Nord de Marseille : le Ravin de la Viste ; l’Oppidum du Castellas ; la Tour Sainte ; les rues de Lyon et Zoccola, avec l’église Copte et les vendeurs à la sauvette du marché aux puces. Le spectateur épouse momentanément le parcours d’un regard parmi ces espaces.

Ultima Thulé est le nom donné en 320 avant JC par Pythéas, explorateur Grec de Marseille, aux îles inconnues du Nord, au-delà de la Grande-Bretagne. Depuis Virgile et jusqu’au Moyen-Age, le mot désigne les confins de l’Europe et, par extension, les terres les plus éloignées que l’on puisse rejoindre.

Production : Zinc / Friche de la Belle de Mai, avec le soutien de Dominique Poulain pour Höfn et de Hôtel du Nord.

Noli me tangere

installation, 2013

installation, 2013

Un mur de hauts-parleurs et un microphone génèrent un larsen massif et saturé, au fur et à mesure que les visiteurs s’en approchent, passant progressivement d’une masse vibratoire d’infrabasses vers des fréquences plus aigües.

Comme un organisme vivant, le dispositif répond au moindre déplacement des visiteurs par une intense réaction sonore ; le comportement du spectateur devient la source même de ce qui le repousse.

Thierry-Fournier-Noli-me-tangere_7953

Thierry-Fournier-Noli-me-tangere_7963

Dépli

Installation, 2013

Installation, 2013
En dialogue avec le film Last Room de Pierre Carniaux

À partir du même tournage au Japon, le réalisateur Pierre Carniaux et Thierry Fournier ont créé le film Last Room et la pièce interactive sur iPad Dépli : un dialogue entre cinéma et arts plastiques qui propose une expérience inédite.

Tourné au Japon par Pierre Carniaux, le film Last Room est une fiction et un documentaire. Les occupants de love hotels et d’hôtels capsules se racontent à travers des histoires à la fois intimes et rêveuses, entremêlées de voyages à travers les paysages de l’archipel… Bientôt, ces récits personnels résonnent avec une histoire collective : celle de Gunkanjima, île fantôme à l’abandon au large de Nagasaki, puis avec celle du Japon tout entier.

Dépli propose une expérience de navigation sensible à travers le film Last Room. Un cinéma « jouable » où le spectateur peut recréer une infinité de parcours dans le film en choisissant et en mélangeant les plans, leur sens, leur vitesse… Jouée sur iPad seul, avec un écran, dans une salle de cinéma ou une exposition, Dépli propose l’expérience inédite de réécrire un film par le toucher.

Fournier-Depli-11

Publications et prix

Shellac et Pandore Édition ont édité un coffret spécial trilingue Last Room / Dépli comprenant à la fois l’application iPad de Dépli, le DVD de Last Room et une publication réunissant des textes critiques de Philippe Avril, Nicolas Feodoroff, Jean-Pierre Rehm, Anne-Lou Vicente, Pierre Carniaux et Thierry Fournier.

Depli-publication_8014

Last Room / Dépli a été sélectionné pour le festival Hors-Pistes (Centre Pompidou 2013), le ZKM App Art Award en 2013 et a obtenu le prix spécial du jury au Festival du Nouveau Cinéma de Montréal en 2013. Voir également le numéro spécial de la revue Archée consacré au projet.

Développement informatique : Olivier Guillerminet et Jonathan Tanant. Production : Lux scène nationale de Valence – Pandore – DICRéAM – Scène nationale d’Evreux Louviers

A+

installation, 2008 – 2012

Installation, 2008-2012

Un écran diffuse exactement l’image qui serait vue derrière lui, mais constamment retardée de vingt-quatre heures. Tour à tour acteurs et spectres d’une même scène, ceux qui passent dans l’image et ceux qui les observent coexistent sans jamais communiquer. Un futur et un passé se renvoient l’un à l’autre à travers une image, et de part et d’autre d’un écran.

Thierry-Fournier_A+_7746

Production : Lille3000 et Pandore Production, production exécutive Bipolar. Avec le soutien du Cube.

Anachrones

série de vidéos, 2012

Série de trois vidéos (2012) : Cloud (2’25 »), Mountain (3’36 »), Run (2’25 »). Projet Fenêtre augmentée, Prats-de-Mollo (66), 2012 – 2017

Des instances liquides ou nuageuses à grande échelle se déploient puis disparaissent dans un paysage de montagne. Comme dotées d’une vie et d’un comportement autonomes, leurs figures peuvent aussi bien évoquer des phénomènes originels, des fictions ou l’imminence de catastrophes.

L’une déploie une montagne de fumée qui croît et s’estompe ; la seconde un nuage qui surgit de l’horizon pour se dissoudre dans une vallée : la troisième fait naître deux formes vivantes non identifiées d’un flanc de montagne.

Thierry-Fournier_Anachrones-Cloud

Thierry-Fournier_Anachrones-Mountain_1

I’m not there

série d’images numériques, 2012

Série d’images numériques (2012)
Exposition Fenêtre augmentée, Prats-de-Mollo (66) – juillet 2012 / octobre 2017

Formé de photographies numériques incrustées sur un environnement vu en direct, I’m not there propose des stimuli contradictoires. Le projet travaille sur l’attente que nous entretenons à l’égard d’un paysage, en le soumettant à l’incrustation de figures archétypiques.

Thierry-Fournier-I-m-not-there-01

Thierry-Fournier-I-m-not-there-02

Umwelt

projet de recherche, EnsadLab / Diip, 2011-2012

Projet de recherche Ensad / EnsadLab – programme Diip, 2011-2012
Conçu et coordonné par Thierry Fournier
Equipe : Clémence Homer, Tomek Jarolim, Dominique Peysson, Benoit Verjat.

Umwelt est un projet mobile de prise et consultation de notes mixtes (manuscrit haute définition, clavier, dessin, hypermedia, tags…) utilisable dans tous types d’environnements : voyages, repérages, répétitions, conception ou séances de travail, architecture et design, mode, observations, « terrains » en sciences sociales, notation musicale, etc. Il s’adresse donc autant à des usages professionnels que privés, généraux ou spécialisés, documentaires ou fictionnels. Il se fonde sur plusieurs dimensions : pratique manuscrite, structuration de la mémoire, intégration de l’environnement, interopérabilité.

Open Source

installation, 2008 – 2011

Installation, 2008-2011
Bassin, pupitre, dispositif vidéo et informatique, dimensions 700 x 400 x 450 cm

L’installation Open Source est composée d’un bassin en forme d’ellipse, devant lequel se trouve un pupitre qui permet aux visiteurs de dessiner directement avec la main. Dès qu’un dessin est terminé, il apparaît à la surface du bassin et dérive avec les autres, pouvant être à son tour touché et déplacé par les visiteurs présents autour du bassin. Une surface d’eau devient un espace de temporalités et de relations, chargé de projections irréversibles et éphémères.

Thierry-Fournier-Open-Source

Thierry-Fournier-Open-Source

Limbo

installation, 2011

Installation, 2011
Caméra, projecteur infrarouge, vidéoprojecteur, programme, dimensions variables

Limbo confronte les spectateurs à des formes spectrales générées par leur propre présence, semblant répéter leurs mouvements mais dans un autre espace et une autre temporalité. Floues et saturées, inversées, retardées et extrêmement lentes, ces ombres blanches semblent à la fois similaires aux humains et irréductiblement étrangères.

Thierry-Fournier-Limbo_5475

Thierry-Fournier-Limbo_7077

Usual Suspects

installation, 2011

Installation, 2011
Caméra, ordinateur, projection ou écran LCD

Une caméra est braquée sur un espace public. Un programme analyse son image et cerne d’un rectangle rouge toute personne ou objet en mouvement. Extrêmement sensible, le système réagit à n’importe quelle activité : passants, oiseaux, variations de la lumière ou des feuilles, etc. L’hyper-sensibilité du dispositif et son manque de discernement lui confère un caractère subjectif ou robotique, à l’image d’un regard vigile qui ne cesserait de scruter – en vain – son environnement.

Hotspot

installation, 2011

installation, 2011

Sous les pas des visiteurs, des débris de verre jonchant l’ensemble de l’espace d’exposition craquent sur le sol. Amplifié et déformé, leur son est retraité par un programme qui les associe à des de bandes-son de films- catastrophe, choisis au hasard dans une banque de données. L’installation forme un « théâtre d’opérations » dérisoire, dans un environnement porteur de menaces dont les spectateurs sont à la fois observateurs et protagonistes actifs : un storytelling en expérimentation. Associant matériaux bruts, vidéo, son, interactivité et cinéma, elle engage le corps et le spectateur et prolonge une réflexion sur les relations entre art et politique, fiction et documentaire, déployée ici dans une pratique in situ.

Thierry-Fournier-Hotspot_2954

Thierry-Fournier-Hotspot_3028

Hotspot a été créé en 2011 à Contexts, en collaboration avec l’atelier de recherche et création Electroshop (Ensa Nancy) et Jean-François Robardet. Réunissant trois professionnels de la médiation (Pierre Marsaa, Anastassia Makridou – Bretonneau, Mari Linnman), Contexts propose dans un même lieu un bureau d’études, une agence de production / diffusion et un espace d’exposition.

Avec la collaboration de Vanessa Hérault (student at the École nationale supérieure des Mines de Nancy), Florent Camus, Léa Chambe, Thibault Dumontet, Elsa Gauthier, Laure Goujard, Marie Laurent, Benoît Le Quan, Maxime Pellerin, Deborah Ruffinoni, Pauline Soudier, Lucile Villeneuve (ICN Business School), et les étudiants de l’atelier de recherche et création Electrohop. Coproduction: Artem, École nationale supérieure d’art de Nancy, Contexts, Pandore Production.

Set-up

installation sonore, 2011

Installation sonore, 2010-2014

L’installation délivre des ordres aux visiteurs par l’intermédiaire d’une voix semblable à celle d’une compagnie aérienne : « tout va bien se passer, merci », « tous à terre, merci », etc. En jouant sur l’ambiguïté entre œuvre, médiation inutile et message de service, l’œuvre évoque ironiquement le fantasme d’un contrôle des spectateurs.




Les textes comprennent de citations proposées par Jean-François Robardet.
voix : Juliette Fontaine.

Entrelacs

création vidéo interactive pour la scène, 2010

Création vidéo interactive
Spectacle de danse Entrelacs de Lionel Hoche, 2010

Entrelacs transpose les codes et les figures du fantastique dans le champ chorégraphique. Cinq danseurs interprètent la pièce, en dialogue avec une création vidéo interactive. Jouée au plateau, la musique est composée principalement de pièces contemporaines pour orgue. Une écriture de la dualité – spectres, disparitions, dédoublements – se déploie ainsi dans une étroite mise en relation des corps, de l’espace, de l’image et de la musique.

La relation entre le visible et l’invisible constitue le point de départ de la création vidéo interactive d’Entrelacs. Ses formes héritent notamment du cinéma fantastique, tout en déployant un travail plus large sur les ambiguités de la perception : apparitions, oscillations, glissements temporels, changement d’échelle, perte de consistance des corps… Ces phénomènes visuels sont générés par les mouvements des danseurs, qui sont analysés par caméras. Travaillés exclusivement en noir et blanc, utilisant les aspects organiques, ils créent un rapport étroit entre le geste, l’espace et la temporalité. Les danseurs deviennent tour à tour les instigateurs, les interlocuteurs ou les adversaires des phénomènes auxquels ils sont confrontés. L’interactivité de l’image devient ainsi le vecteur de relations multiples entre animé et inanimé, présent et passé, immanent et absent, vivant et mort, corps et espace.

Thierry-Fournier-Entrelacs_6863

Thierry-Fournier-Entrelacs_6968

Thierry-Fournier-Entrelacs_7115

Sirène

installation, Samuel Bianchini et Thierry Fournier, 2005-2010

Installation, 2005-2010
Samuel Bianchini et Thierry Fournier
avec la voix de Maryseult Wieczoreck

Sur un écran noir figure un point blanc qui suit le toucher du spectateur. Sans activité, le dispositif diffuse un son de souffle humain à peine perceptible. En déplaçant le point, une voix féminine se manifeste ; les sons qu’elle émet se déploient selon les mouvements de la main, s’accélèrent ou ralentissent, circulent ou stationnent.

La voix passe du souffle au murmure, du chant au cri ; explorée dans sa matière même par le geste, elle réagit à lui et, dans le même temps, l’appelle. Cette navigation à l’aveugle ouvre un dialogue qui appelle à la fois le geste instrumental et la caresse. Un corps sonore se déplie et s’étend selon l’exploration tactile qui en est faite, mais dont l’interprétation, tant sensuelle qu’intellectuelle, est offerte au spectateur.

Sirene-lille-01

Infocus

installation, 2009

Installation, 2009

Douze photographies de corps sont réalisées avec une profondeur de champ très réduite et sans mise au point, en faisant seulement varier la distance de l’observateur vis-à-vis du sujet. L’installation les diffuse avec un vidéoprojecteur bloqué en autofocus : face à ces images totalement floues, la machine recherche en permanence une mise au point impossible. L’ajustement du regard qu’effectue le spectateur se confronte à celui de la machine.

Thierry-Fournier-Infocus_6788

Thierry-Fournier-Infocus_1571

Frost

performance, Thierry Fournier et Jean-François Robardet, 2008

Performance, 2008
Thierry Fournier (dispositif interactif et protocole de performance) / Jean-François Robardet (sculpture et texte). Cycle de performances Conférences du dehors.

Frost consiste à parcourir une sculpture composée d’un ensemble de blocs de polystyrène avec un micro, face à un amplificateur en limite permanente de larsen. Traité par un programme qui en amplifie les détails, le son est joué par le geste du performer qui le module et en excite les résonances en parcourant la sculpture. Les son que provoque le performer deviennent la métaphore sonore d’un paysage polaire et d’une architecture. Le geste résulte à la fois du jeu et de la résistance indispensable aux menaces sonores du dispositif, comme une survie en milieu hostile.

La performance est née d’une légende urbaine transmise par Pauline Cunier-Jardin à Jean-François Robardet, relatant que de jeunes chômeurs finlandais choisissaient d’aller garder les rennes dans la toundra pour trouver du travail. Certains, ne résistant pas à la solitude, se suicidaient en partant marcher la nuit, nu dans la neige.

Thierry-Fournier-Frost-Nauczyciel_6899

Thierry-Fournier-Frost_1708

Thierry-Fournier-Frost_1726

Point d’orgue

installation, 2009

installation, 2009

Dans la vitrine d’une galerie, une caméra filme la rue. Son image est projetée dans la salle, sur un écran derrière elle. Au repos, cette image n’est qu’un miroir de l’extérieur. Cependant, lorsqu’un visiteur pénètre dans la galerie, la vitesse de la vidéo et du son s’ajustent à la sienne propre, jusqu’à se geler entièrement s’il s’arrête ; si le visiteur se remet en mouvement, la vidéo déroule alors les évènements écoulés et se resynchronise progressivement avec l’extérieur. L’ensemble se déroule sous le regard des passants eux-mêmes pris dans l’image, et observateurs de ceux qui manipulent leur propre temporalité. A travers une expérience de « profondeur de temps » et l’illusion de pouvoir suspendre le cours du réel, s’instaure une boucle généralisée d’interaction collective.

Thierry-Fournier-Point-dorgue_5937

Thierry-Fournier-Point-dorgue_5867

Point d’orgue a été créée en octobre 2009 dans le cadre d’une résidence à Kawenga (Montpellier).

Step to step

installation, 2008

Installation, 2008

Face à un cours de step donné par un coach en musique, un socle blanc disposé dans la salle invite à en imiter les gestes. Cependant, dès qu’un visiteur pose un pied sur le socle, la vitesse de la vidéo se ralentit, jusqu’à se geler presque entièrement s’il y monte de tout son corps. Un bouclage s’instaure, dans la double contrainte d’une imitation impossible. L’action se transfère vers le spectateur, « mis en œuvre » sur son socle, conduit à une perception aigüe de sa propre temporalité.

Thierry-Fournier-Step-to-step-02

Thierry-Fournier-Step-to-step-20

Thierry-Fournier-Step-to-step-06

Ready mix

performance, Thierry Fournier et Esther Salmona, 2008

Performance, 2008
Esther Salmona et Thierry Fournier – Série de performances Conférences du dehors. Avec Emmanuelle Lafon

L’interprète joint par téléphone Esther Salmona, artiste et auteur. Celle-ci suit un protocole qui consiste à ne rien modifier de son emploi du temps habituel, et à répondre quelle que soit son activité. Peu de paroles sont échangées : Esther Salmona communique en continu les sensations et perceptions immédiates de la situation dans laquelle elle se trouve. Sa voix est retransmise sur un haut-parleur. L’actrice construit sa propre intervention en écho avec ce dialogue : déplacements, interpellations, mises en relation entre l’espace de jeu et l’espace de son interlocutrice.

Thierry-Fournier-Ready-mix-Nauczyciel_8131

Thierry-Fournier-Ready-mix-Nauzcyciel_6805

Captation du 26 octobre 2008

Oui?
(oui Esther t’es ou?) oui je suis à Marseille à Grand Littoral
est-ce que tu sais
(où ça?) ce que c’est que
(oui) Grand Littoral Grand Littoral c’est un des plus grands centres commerciaux d’Europe ça veut dire que là je suis sur le parking de grand littoral et ça veut dire que devant moi derrière moi sur les côtés partout il y a des piliers j’ai une forêt de piliers tout autour de moi des piliers qui sont bleus d’un côté et orange de l’autre (mais c’est dans la ville?)
là je suis en fait
(c’est en plein centre ville?) à l’é…à l’extérieur de la ville là je suis en fait
il y a un no man’s land tout autour pour y arriver et là je suis dans un parking immense
(tu es venue en voiture?)
et en bas en bas d’un pilier il y a euh des hauts-parleurs
(en bas d’un pilier il y a des hauts-parleurs? tu es là?) (tu m’entends?)
(allo?)
il y a une espèce de musique sucrée orientale en fait et et tout à l’heure c’était euh c’était du flamenco en fait il pleut et il faut super froid eueueuh voilà y a un étage au dessus il y a deux étages de parking
et il y a la pluie qui tombe sur des plantes euh des des plantes tropicales qui sont complètement trempées et je vois les les rafales de de vent là c’est assez c’est assez violent il fait super froid il y a des il n’y a plus beaucoup de voitures en fait là eueueueueh à peu près moins de la moitié du parking tout le monde s’en va et les magasins sont en train de fermer
y’a des néons blancs des néons qui clignotent en fait il y a des voitures, il y a des types qui quand ils… quand ils partent du parking on voit des des qui clignotent des voitures qui clignotent toutes seules en fait parce que les types ils sont à trente quarante mètres et ils appuient sur le bouton et ça fait ça fait ça ouvre la voiture en fait ouh, il y a des flaques d’eau il y a une voiture qui arrive
alors là j’arrive euh près du bâtiment c’est marqué C et A
assez grand et assez haut euheuh il y a des marques des des logos de marques en fait des des espèces de de petits euh de petites passerelles qui passent de la de la surface supérieure du parking aux aux entrées du centre commercial là j’arrive il y a des enfants qui sortent jeuheuheuh
alors il y a une porte il y a une double porte en fait c’est des portes qui s’ouvrent toutes seules là celle qui est devant moi il y a des gardiens trois gardiens sur le côté j’ai super chaud il y a un vent chaud je je rentre dans le dans le centre commercial il y a trois trois gardiens là qui discutent les magasins sont à peu près fermés oh là là là alors là je rentre je vois les deux étages en fait et il y a un plafond rose rose saumon euh et
(tu es au rez-de-chaussée?)
voilà je suis je suis au rez-de-chaussée ouais ouais il n’y a rien en dessous en fait ça donne sur la colline c’est assez large c’est une grand euh une grande rue et donc le plafond est blanc et rose saumon et il est percé en fait au premier étage et il y a des palmiers et des euh, c’est des fleurs en plastique ça ? euh ah non c’est des ficus et des palmiers vraiment la végétation tropicale là un super haut palmier qui va jusqu’ alors là au dessus ça se reflète en fait il y a des il y a des vé des vérandas voilà mais il fait complètement nuit donc du coup je vois mon reflet là euh au plafond et euh donc il y a un quick là un quick qui est encore ouvert il y a des gens qui attendent il n’y a presque plus personne en fait euh ça c’est un magasin de chaussures a une nana qui passe qui passe l’aspirateur ah elle le range c’est c’est terminé alors il y a des grands euh alors là c’est énorme mais je suis vraiment toute seule en fait dans cette ah si y’a un type qui arrive tout au loin là il y a des escalators qui marchent il y a les magasins avec pas mal de fringues euh euh grises avec des des bijoux ça brille dans dans tout les sens et c’est des trucs pour nanas avec des petits cœurs partout alors là c’est fermé mais la musique en fait que t’as entendu à l’extérieur elle continue à l’intérieur c’est les les le même euh
(ah oui à l’extérieur c’est pour ça ?)
le même morceau
(est-ce que tu peux nous la faire écouter un peu plus?)
ah oui oui oui alors je suis dessous un
un haut-parleur en même temps ils sont super haut parce que pareil hein on est à la même hauteur que euh que le que le parking
j’essaye de t’en trouver un là je vois aussi mon reflet au au plafond là il y a deux types que j’ai croisé tout à l’heure il y a un point info
alors « Petits Petons » c’est encore ouvert c’est des chaussures pour enfants
là il n’y a plus de musique du tout en fait il n’y a plus de haut-parleurs ah j’arrive alors là j’ai fait un petit euh un petit détour c’est c’est bizarre on se perd beaucoup en fait on perd la notion de de l’espace il y a encore des ouvertures dans le premier étage avec des palmiers super hauts il y a très peu si il y a du monde là j’arrive oh là là alors ça c’est Carrefour c’est énorme quoi alors c’est plus sous le même éclairage c’est que des néons c’est énorme
(tu peux rentrer ou c’est fermé?)
il y a un gardien qui arrive ouais je pense non il y a encore du monde il n’y a pas beaucoup de monde aux caisses mais euh mais je vais rentrer je vais passer par le je sais pas si je vais me faire choper par le par le gardien je vais passer par dessus la le la rambarde ah non je vais passer par là
bonsoir (bonsoir)
(t’es passé par où?)
alors là j’arrive dans les fromages rapés et là je suis passée en fait dans une caisse euh mais dans le sens inverse
il y a un petit garçon qui attend euh sur le il y a du vico des patates il y a pas mal de trucs en plastique dans dans son dans le caddie il y a sa maman qui s’est acheté des soutiens-gorges ah j’arrive là j’arrive dans le rayon fromage et il faut super froid il y a des gens qui qui se tâtent là ils hésitent entre le entre le le président ou le le rustique j’arrive il y a encore du monde en fait à la à la coupe alors ça fait c’est aussi grand que le parking en fait
(ouais
il faut que tu maintiennes bien le micro devant……..toi)
ah pardon pardon il y a plein de fromages rapé en promotion et il y a des des tonnes des tonnes de de bière là euh ah ça monte aussi au au premier étage ah j’arrive au champagne je je ressors du des cubis des cubis énormes ça n’arrête pas
(et comment tu montes avec euh un escalator?)
oh c’est c’est trop loin en fait l’escalator il est en pente ouais il monte au premier étage en fait tu sais le carrefour il est sur deux étages je ressors là devant le gardien ça va il me voit pas il n’y a plus de musique du tout même dans carrefour le sol c’est une imitation de de faux marbre avec une reprise des des motifs où il y a les plantes en fait en noir une espèce d’amande comme ça au sol ah il y a un une nana qui est en train de manger quelque chose il y a Paul elle travaille chez Paul là un morceau de tout est rangé les tables sont sur les les chaises sont sur les tables
ah il y a il y a il y ah il y a quelqu’un qui fait dérouler quelque chose là il y a trois flics qui passent police
ils sont en train de vérifier là il y a une femme des hommes il y a un gars qui lui dit quelque chose il fait des gestes avec les doigts il désigne par là où je suis
l’autre il ouais il part vers là où je suis non il fait la bise à la nana en fait
enfin j’arrive devant euh Mac Donald là c’est encore ouvert par contre il y a vache de monde
il y a il y a un caddie mais plein devant là complètement plein c’est que des sacs des sacs partout il y a des gardiens encore à la sortie là
(Esther)
il y a une dame qui fait la mendicité et toi Emmanuelle tu es où?
(moi je suis là) ok je coupe.

Photographies par Frédéric Nauczyciel et Alexandre Nollet.

Ministère de l’extérieur

performance à partir d’une interview de David Beytelmann, 2008

Vidéo et performance, 2008
À partir d’une interview de David Beytelmann – Série de performances Conférences du dehors

David Beytelmann est historien et philosophe, né en 1973 en Argentine, il vit et travaille à Paris. Une série d’interviews vidéo a été menée avec lui par Thierry Fournier en 2006, pendant quatre heures. Deux extraits en sont montrés dans le cadre de la série de performance Conférences du dehors. Son intervention convoque les aventures ubuesques de son immigration (carte de séjour, délires administratifs, nationalité française…), en même temps que les diasporas successives de sa famille. Dans son discours s’associent en permanence la narration de sa propre histoire, et un regard sur les questions humaines et politiques liées à l’immigration. Médiatrice de cette intervention filmée, l’interprète partage une situation d’écoute avec les spectateurs. Lire également le texte de David Beytelmann, A propos de Ministère de l’extérieur.

Extraits de l’interview de David Beytelmann (2007) présentées dans Conférences du dehors :

Thierry-Fournier-Ministere-exterieur_8155

Thierry-Fournier-Ministere-exterieur_8085

Photographies par Frédéric Nauczyciel.

Sentinelle

performance, Juliette Fontaine et Thierry Fournier, 2008

Performance, 2008
Juliette Fontaine (vidéo) et Thierry Fournier (performance et mise en jeu)
Série de performances Conférences du dehors

Projetées en vidéo, deux mangoustes filmées en extérieur font le guet, dans une succession de mouvements rapides : veille, rotations, station debout, exploration de l’horizon. Elles veillent. En regard de cette image, l’interprète se déplace dans la salle et auprès des spectateurs, investissant des niches et refuges possibles.

Thierry-Fournier-Sentinelle-31

Thierry-Fournier-Sentinelle_3290

Thierry-Fournier-Sentinelle_35

Photographies par Frédéric Nauczyciel et Alexandre Nollet.

La Bonne Distance

performance, texte de Noëlle Renaude, 2008

Performance, 2008
Texte Noëlle Renaude / performance Thierry Fournier
Série de performances Conférences du dehors. Avec Emmanuelle Lafon.

La Bonne Distance est une conférence proliférante sur une personne croisée dans le métro dont des ficelles tiennent ses chaussures et qui répète sans cesse la phrase « je n’ai rien à bouffer ». Entre cours de marketing à l’attention des SDF et thèse de sémiologie, l’ensemble questionne la violence des injonctions sociales. Voir également le texte de Noëlle Renaude Dedans dehors relatant le processus d’écriture et de création de la performance.

Thierry-Fournier-La-bonne-distance-12

Thierry-Fournier-La-bonne-distance_2837

Thierry-Fournier-La-bonne-distance_3007

Extrait du texte

Cet homme est très pauvre, « je n’ai rien à bouffer », il n’a pas honte d’être pauvre, ni qu’on ne voie tout de suite de lui que ça, qu’il est très pauvre, cet homme, il n’a pas honte de dire « je n’ai rien à bouffer » car sa pauvreté est si grande qu’il est incapable d’imaginer qu’il pourrait faire autre chose que de montrer ce qu’il est, un homme très pauvre plus pauvre que tous les pauvres, et de détacher de lui d’une manière naturelle ce type de phrase « je n’ai rien à bouffer », de dire « je n’ai rien à bouffer » au milieu de ces gens qui en voient tant d’autres, mal arrangés comme lui, fagotés de loques que seuls les très pauvres sont capables de porter sans en rire, de confier de ce ton détaché si particulier à ceux qui sont sûrs que ce qu’ils disent ne sera pas entendu, qu’ils soient trop en avance sur leur temps, qu’ils parlent une langue maudite ou qu’ils n’aient aucune conviction personnelle, personne ne les entend, « je n’ai rien à bouffer », il sait, cet homme très pauvre que dire « je n’ai rien à bouffer » ne changera pas sa route, ne lui donnera pas ce qui lui manque, mais c’est symbolique et salvateur de pouvoir dire tout haut avec un si grand calme « je n’ai rien à bouffer » à personne en particulier, d’avoir encore le droit d’être là au milieu de ceux qui ont le droit eux aussi de ne pas entendre, et de prononcer « je n’ai rien à bouffer », sans la peur qu’un tel énoncé le couvre de ridicule ou déclenche l’hystérie, s’il est là cet homme-là à avouer sans impudeur excessive son extrême pauvreté qui lui fait déclarer au milieu de ceux qui ne l’écoutent même plus « je n’ai rien à bouffer », c’est que des mots au moins il en a encore pour un petit temps, si la bouffe ne se partage pas les mots eux se partagent encore (…)

Photographies Frédéric Nauczyciel et Alexandre Nollet.

A domicile

performance, 2008

performance, 2008
Série de performances Conférences du dehors, avec Emmanuelle Lafon.

La circulaire du 21 février 2006, éditée par le Ministère de l’intérieur, fixe les conditions d’arrestation légale des étrangers en situation irrégulière. Ces arrestations devant se dérouler à l’extérieur, elle légifère sur ce qui peut être considéré comme un domicile ou non : cour d’immeuble, yacht de plaisance, bloc opératoire… Une vidéoprojection fait dérouler le texte de la circulaire comme le générique d’un blockbuster, accompagné d’une musique caractéristique du genre. L’interprète se place face à la projection et en répète le texte. Son visage apparaît en surimpression, pixellisé comme pour un témoignage anonyme qui dégénère dans une confrontation avec le dispositif. L’ensemble met à jour la fiction guerrière qui nourrit la pensée des auteurs du texte : violence qui contamine progressivement celle de l’interprète, jusqu’à l’explosion.

Thierry-Fournier-A-domicile_3453

Thierry-Fournier-A-domicile_21

Thierry-Fournier-A-domicile_2922

Pour consulter le PDF intégral de la circulaire (950 Ko) : Circulaire du 21-02-2006. La particularité de ce texte est que, ces arrestations devant se dérouler à l’extérieur, elle légifère donc sur tout ce qui peut être considéré comme un domicile ou non : appartement, cour d’immeuble, yacht de plaisance, logement détruit par un incendie, bloc opératoire, etc. C’est dans cette perspective qu’ont été sélectionnés ses extraits qui mettent en évidence cette distinction.

L’interprète déroule ainsi la lecture du texte, dans une disposition de « circuit fermé » au sens littéral du terme, comme si l’ensemble constitué par l’ordinateur, le micro, l’ampli et la projection générait l’ensemble du contenu, sa transformation et sa propre fiction. Le texte est traité comme le générique d’un blockbuster qui aurait nourri la pensée de son auteur, et contamine progressivement l’interprète jusqu’à l’extrême violence. La voix de l’actrice se transpose lentement dans les graves au fur et à mesure que le texte énumère les lieux possibles d’arrestation, et l’équilibre se rompt à l’instant où, dotée d’une voix de monstre ou de Dark Vador, attaque littéralement l’ampli à coup de micro, la transposition du larsen produisant des sons extrêmement violents d’explosions et de grenades. Après une attaque brève et intense, la musique quitte le domaine du champ de bataille pour aborder le registre de la rédemption caractéristiques des finales de films de guerre, et la lecture de la circulaire s’achève avec ses deux dernières parties : l’énonciation qu’un bloc opératoire est éligible comme lieu d’arrestation, et la liste des destinataires administratifs de la circulaire.

Photographies par Frédéric Nauczyciel et Alexandre Nollet.

Conférences du dehors

série de performances et commissariat, 2008

Série de 7 performances, 2008, avec Emmanuelle Lafon
Création en résidence et produit par La Chartreuse, Centre National des Ecritures du spectacle.

Conférences du dehors comprend les performances : Circuit fermé, Ministère de l’extérieur (auteur invité David Beytelmann), La Bonne Distance (auteure invitée Noëlle Renaude), Ready mix (artiste invitée Esther Salmona), A Domicile, Frost (artiste invité Jean-François Robardet), Sentinelle 1.0 (artiste invitée Juliette Fontaine).

La notion d’accès (aux richesses, aux frontières, au travail, à l´éducation, à l’image…) traverse toutes les situations contemporaines, intimes et collectives. Le libéralisme généralisé ne permet plus de se tenir hors de son champ, et l’une des conséquences paradoxales de ce « monde sans dehors » est que la notion même de dehors est devenue omniprésente. Réunissant plusieurs artistes et auteurs invités pour une seule interprète aux statuts multiples, la série de performances Conférences du dehors explore cette notion en modèle réduit, dans une proposition à la fois noire, électrique et burlesque. Ce « théâtre d’opérations » s’inscrit dans une démarche générale d’interrogation sur les rapports entre écriture, arts plastiques et formes performatives : notion de dispositif, mise en jeu du spectateur, choix critique des espaces de représentation.

Circuit fermé, performance, avec Emmanuelle Lafon, Lelabo, Paris, 2007

Photographies par Frédéric Nauczyciel et Alexandre Nollet.

Reanimation

création scénique interactive, Samuel Bianchini, Thierry Fournier, Sylvain Prunenec, 2008

Création scénique interactive pour danseur et spectateurs, 2008
Samuel Bianchini, Thierry Fournier, Sylvain Prunenec

Réanimation est à la fois une performance et une installation : un danseur et des spectateurs partagent le même dispositif. Une aire de jeu rectangulaire et sombre est divisée en deux par un écran sur lequel est projetée l’image d’un brouillard dense. De part et d’autre, danseur et spectateurs se font face. Le brouillard est opaque, mais la présence des spectateurs fait apparaître sur l’écran des silhouettes noires et mobiles qui permettent de voir à travers elles. Le danseur explore cet espace partagé et ces conditions de visibilité variables. Il entretient une relation étroite avec les spectateurs autant qu’avec la musique qui est générée en temps réel, par ses mouvements : confrontation active dans laquelle la performance est autant le fait des spectateurs que du danseur.

Thierry-Fournier-Reanimation_4245

Thierry-Fournier-Reanimation_4229

Thierry-Fournier-Reanimation_07

Coproduction : École nationale supérieure d’art de Nancy (atelier de recherche et de création ElectroShop) / Alliance Artem, Espace Pasolini Théâtre international (Valenciennes). Avec le soutien de la Région Lorraine, du Groupe ICN et de SFR-Cegetel. Photographies Samuel Bianchini et Thierry Fournier.

Circuit Fermé

performance, 2007-2015

Performance, 2007-2015
Série de performances Conférences du dehors. Avec Emmanuelle Lafon.

Placée avec un casque devant une télévision à l’heure des publicités et du journal, la performeuse doit respecter un protocole consistant à répéter exhaustivement tout ce qu’elle entend et décrire tout ce qu’elle voit, ce qui est physiquement impossible. Le flux de parole et les bégaiements qui en résultent expriment directement la tension entre la masse d’informations délivrées et un « cerveau disponible » en saturation permanente.

Documentation vidéo actualisée, à l’occasion de la présentation de la performance dans le cadre de l’exposition Overflow à Lux Scène nationale de Valence :

Enregistrement et retranscription du 25 octobre 2008 – TF1 en direct de 19h50 à 20h03

[on] LES HÉRITIERS DE LA COURONNE DE FRANCE METTENT AUX ENCHÈRES LEUR HÉRITAGE UNE AUBAINE POUR LES COLLECTIONNEURS UN DRAME ils sont à Christie’s il y a un qui tient un truc C’EST DANS LA TAïGA RUSSE L’AVENTURE D’UNE JEUNE FRANCAISE PARTIE POUR SAUVER LES LOUPS elle sourit elle a un RECEVAIT HARRY ROSELMACK DANS 7 À 8 DEMAIN il pose avec moi il a un grand costume noir LES OREILLES ÇA ARRIIIIVE !!! JE VOUS… AURAI PRÉVENU !!! Il se retourne il la regarde elle se c’est dans un écran ON VA LA RETROUVER ils sont devant ils se il elle brille au soleil AH LA PAUVRE ÉVELYNE, ELLE A DU ÊTRE AVEUGLÉE PAR UN REFLET SUR SON COSTUME, LES GARS !! IL Y A QUAND MÊME UNE SUBSTANCE LIQUIDE VERTE QUI COULE DE LA BLESSURE… Il y a le vert sur elle ON DIRAIT DU SANG elle le regarde c’est une piqûre avec du RGARDE DE LA MÊME COULEUR ON EN VOIT DES VERTES ET DES PAS MÛRES demain 20h50 moins dix les Experts N’ALLEZ PAS EN CROIRE VOS YEUX ENCORE UN CADAVRE AVEC DU SANG VERT euh artichaud DEMAIN LES EXPERTS DEMAIN À 20h50 ils sont quatre ils bougent pas ils font la m pause et derrière il y a un grand tube Police Line do not cross 118 712 en orange RETROUVEZ LES EXPERTS AVEC WWW.118712.COM A OUUUUU TF1 avec les spots lumineux POUR PRÉSERVER elle chasse les papillons c’est un film d’animation elle est verte elle avance vers la AVEC GTS SUEZ ACTEURS ENGAGÉS POUR L’ENVIRO c’est une tache bleue c’est heu c’est le globe à l’intérieur de la tache bleue avec de la mé OÙ JE T’EMMÈNERAI avec des oiseaux blancs qui traversent le le L’ENDROIT QUE J’VOUDRAIS PRÉSERVER Natasha Saint-Pierre l’île de ma bulle Malaisie C’EST L’ÎLE EN MALAISIE C’EST DANS LA MER DES SÉLÈNES c’est sur pilotis on est dans les pilotis avec des sur la mer des y a y a des montagnes HABITÉES SUR L’ÎLE AVEC TOUT LE RÉCIF y a son image et deeeux hélicoptères les dents troubles lees heu neuu LA FAUNE ET LA FLORE on est dans l’eau SE RECONSTRUIRE AUTOUR DE L’ÎLE ET PUIS IL Y A DES TORTUES GÉN c’est la tortue génie qui ralentit et puis il y a des requins il y a des requins marteaux il y a un requin marteau là avec des poissons qui passent en-dessous de lui on est sous le requin marteau OÙ JE T’EMMÈÈÈNEEERAI les coraux l’île on arrive vers l’île au ralenti c’est comme si l’eau allait très vite et UN ADJECTIF c’est une raie C’EST EUH MAGIQUE PARCE QUE C’EST DES CHOSES QU’ON… AURAIT… C’est un petit peu flou on est dans l’eau les poissons sont bleus il a y des des des des des des des des des DES ESPÈCES D’ANIMAUX QU’ON RETROUVE QUE LÀ ET ENTRE AUTRES c’est son visage en flou et dans la jungle de la mer on est das les fougères et y a un ptit singe qu’est sur une branche il a pas de poils il y en a unnn qui ouvre la bouche il a un gros nez comme ça qui part ET NOS YEUX D’ENFANT et puis il saute du tronc ON EST ÉMERVEILLÉS COMME SI ON REDÉCOUVRAIT POUR LA PREMIÈRE FOIS les oiseaux blancs passent devant LÀ OÙ JE T’EMMÈNERAI avec la natation dorée réalisation musique générique là où je C’ÉTAIT LÀ OÙ JE T’EMMÈNERAI AVEC GDF-SUEZ un ptit peu vert en dessous CE SOIR dans les spots 20H50 un portail ON ARRIVE DANS LE heu PARANORMAL avec Christophe Dechavanne qui se met des oreillettes avec F de 1 heu NEW YORK UNITÉ SPÉCIALE UN CORPS D’ÉLITE ils ont des flingues ils arrivent 20H50 LA SOIRÉE DE L’ÉTRANGE 23H10 NEW YORK UNITÉ SPÉCIALE CE SOIR SUR TF1 un cadre TF1 dans lllles spots quiii va euh un logo à l’intérieur c’est un géant qui lance son boulet il y a un petit garçon qui s’en va hop il lui relance il arrive à tirer un trait il y a l’aspirateur qui lui passe sous ses pieds il a des baskets blanches il soulève le c’est les chaînes il arrive à tout tirer il fait sa musculation il il ouvre des grands yeux dans le steak LE PLUS DUR POUR UN SUPER-HÉROS LES ENFANTS ne CESSEZ D’ÊTRE SUPER NORMAL les indestructibles ils ont tous habillés avec une grosse main comme ça c’est celle qui tient un bébé là ils sont tous masqués un couple dans le info rose AVEC SWISS LIFE RÉFÉRENCE et… dans le même rose en fait c’est plus rouge SWISS LIFE et… ET PATRIMOINE toutoutoutou hé Mééétéééooo ça arrive en entier TF1 bleu blanc heu BONSOIR C’ÉTAIT UN BEAU SAMEDI. AVEC BEAUCOUP DE SOLEIL Catherine Laborde PRESQUE PARTOUT le globe tourne derrière elle on voir l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord ON VOUS PARLE SOUVENT DE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE la mété IL FAIT SE FÉLICITER elle croise les mains LA QUASI UNANIMITÉ DES DÉPUTÉS QUI ONT VOTÉ POUR LE GRENELLE elle ponctue tout ça avec ses genoux UN AVENIR À LA PLANÈTE IL Y AVAIT AUSSI CETTE BELLE PERTURBATION en haut c’était devant CE N’ÉTAIT PAS ENCORE LE CAS AUJOURD’HUI C’ÉTAIT LE VA la carte de la France qui est plutôt ocre avec des NE FONDUE COMME NEIGE EUH AU SOLEIL ET DONC LA PLUPART DES RÉGIONS ÉTAIENT SUR LE SOLEIL MAIS VOICI elle a une robe noire avec deeeeees des petits trucs des ptits des 988 1030 elle est P’TIT À TIRE VERS L’EST et les flèches jaunes et les flèches rouges et puis des petits… Demi-cercles rouges TOUS EN PETIT À PETIT ! C’est l’Europe et maintenant c’est la France elle se met à gauche APRÈS, CE SERA FINI DONC DEMAIN MATIN BEAUCOUP DE NUAGES BAS elle SAUF PEUT-ÊTRE DANS L’EXTRÊME SUD elle est sur l’Espagne JUSQU’À L’ITALIE 50 70 60 50 CELA POUR LA la PERTURBATION elle lit en fait sur la droite elle pousse un petit peu vers la LA PERTURBATION TOUJOURS ACCOMPAGNÉE PEUT tê tê tê elle plonge un petit peu… S’orienter À L’OUEST DES PLUIES RÉGULIÈRES ET PUIS il y a des petits carrés noirs et puis deux grandes… Lignes… Rouges qui… Différencient les couleurs VAL DE SAÔNE ET POUR UNE JOLIE MOITIÉ SUD BEAUCOUP DE SOLEIL des flèches rouges sous sa LES TEMPÉRATURES PRÉVUES PAR MÉT 4 4 4 6 10 7 4 DOL PAS SI MAL POUR NICE 15 13 12 22 MAIS DANS L’APRÈS-MIDI ENCORE EN c’est rouge 22 22 22 21 19 18 18 15 15 14 17 17 16 16 16 16 15 16… 16… C’est la Bretagne elle se remet devant… Euh… 16 PRÈS DE LA MÉDITERRANÉE EEEHH OUIII CA VA CHANGER VOUS AVEZ VU CETTE PERTURBATION elle se met au centre et il y a c’est la carte de lundi qui vient… De de DE GOLFE DE GASCOGNE JUSQU’À L’ALSACE À L’AVANT LE CIEL VA SE À L’ARRIÈRE QUELQUES ÉCLAIRCIES DU VENT DU NORD ET SURTOUT SURTOUT DES TEMPÉRATURES elle pointe le exéc LE MARDI ARRIVE LE MATIN 800 mètres 900 mètres 900 mètres 70 70 avec des flocons de neige OUI OUI SEULEMENT 3 DEGRÉS REGARDEZ LA LIMITE PLUIE – NEIGE PARFOIS EUH 800 MÈTRES JUSQU’À 1200 MÈTRES POUR LE SUD DES ALPES… ALORS MÊME S’IL Y A DES ÉCLAIRCIES ON VA VRAIMENT AVOIR L’IMPRESSION DE PLONGER elle a les cheveux courts elle me regarde EH BEN NON CE SERA SIMPLEMENT elle SUI SE RAPPROCHE DE LA TOUSSAINT ! VOILA N’OUBLIEZ PAS le globe va un petit peu derrière elle VOS DANS PASSAGE À L’HEURE D’HIVER ennn… orange et rouge et MOINS TROIS MINUTES ET… LE CLAIRE CHAZAL ET BON APPÉTIT À TOUT A L’HEURE dimanche 26 octobre vingt et uoooo dans des paravents transparents c’est bleu ciel le logo TF1 bleu blanc euh Swiss Référence Retraite c’était dans la croix blanche qui vient dans le ptit logo CERTAINS ENFANTS SONT SÉPARÉS DE LEURS PARENTS c’est sur un SOS maintenant c’est jaune SOS village DE GRANDIR ENSEMBLE un petit ballon POUR QUE FRÈRES ET SŒURS PARTAGENT LA MÊME ENFANCE ils se lancent c’est un petit dessin SOS en rose V E gr vert de de sept main c’est un petit garçon qui a peuuuuuuu puuuuub qui s’éclate dans de PLAN IS GO COME ON BABY les le multimédia embarqué c’est un drôle de personnage qui appuie sur DVD AAAAHH c’est un film d’horreur écran tactile bluetooth lecteur DVD dixi BÉNÉFICIEZ DÈS MAINTENANT DE 2680 EUROS DE REMISE C’EST de ce DÉCOUVREZ OPEL en rond avec un ptit c’est un policier il y a quatre personnes qui arrivent on est dans un aéroport Maxwelle House il est en train de prendre une cuillèrée il prend son café… Il envoie son… Y a speu descratch leee papier est arrivé sur les chaussures du policier il boit son café il le regarde il est noir il sourit ! Euh eet il est en train de parler il fait du hip-hop maintenant ils font du breakdance en fait il s’envoie la petite euh elle est ils appuient sur son tout le monde danse daans l’aéroport hemm un pas pas c’est un petit peu de la soul il envoie ça avec son chapeau ça arrive dans la MAXWELL CE N’EST PAS LA PEINE D’EN RAJOUTER avec le p’tit piano qu’on connaît tout le monde rigole et tout le monde a une tonne AAAH AH AH HUIT ONT EU elle arrive avec son caddie elle téléphone ah non c’est pas un téléphone c’est une bouteille d’eau J’TE RAPPELLE PLUS TARD ET OUI ! DÉSORMAIS AVEC LA CARTE U MOBILE 5 euros 10 euros 15 euros 25 euros 35 euros plus 10 euros avec Orange dans un carré elle s’en va avec son caddie c’est le U mobile en gros eeet avec c’est blanc derrière hyper U super U POURQUOI LES PRINCIPES DE… RECOMMANDENT-ILS SEULEMENT LA SEULE marque testée et approuvée PARCE QU’UN PRODUIT il est entrain de rincer sa voiture de l’autre côté de l’autre côté c’est le calendrier qui s’en va TROIS EN UN UN NETTOIE DEUX PROTÈGE TROIS FAIT BRILLER elle se reflète dans son dans ses plaques vitro-céramiques et induction avec le tampon UNCLE BEN’S EXPRESS DES ÉPICES POUR TEUTEU VOTRESANTÉ PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE MANGEZ AU MOINS CINQ FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR AVEC ATTENTION les tomates elles sortent du mur du il pré précuit à la vapeur ET TOUT ÇA sa mère lui prend le paquet PRÊT EN DIX MINUTES TOUJOURS UN SUCCÈS elle me sourit elle a les cheveux NOUVELLE DOUCEUR elle se touche un p’tit peu les cheveux SAINE ET FRISÉE elle caresse son Dop nouveau ça tombe sur une noire ils sont tous métis TRÈS RICHE IL NOURRIT INTENSÉMENT TOUCHEZ et ils sont c’est une famille avec tous les che ils ont tous les cheveux bouclés SHAMPOOING DOP DE KARITÉ LA PREUVE C’EST une famille elle est allongée DOP POUR FAIRE DES ÉCONOMIES Y A QUE DES DES DEDEDEDEDEDEDEDE DÉJÀ CUISINÉ OU VIVRE CHEZ VOUS EN VOISIN ça suit pas le rythme de sa bouche JOUR APRÈS JOUR le couple se regarde VOUS POUVEZ REMPLACE c’est presque noir et blanc ACER CETTE VOITURE il l’a touche FACILE on ne la voit pas AU 30 NOVEMBRE 2008 DANS LES RÉSEAUX FORMÉS À PARTICIPER AU CONTRAT 4000 ! JUSQU’À TR… JUSQU’AU 23 NOVEMBRE 4300 4355 EUROS D’ÉCONOMIE FORD FEELS A DIFFÉRENCE donc voilà c’est une famille elle heu laisse passer l’air il y a un igloo dans sa chambre C’EST EMBÊTANT ET POURQUOI PAS UNE GRANDE BAIE VITRÉE SUR MESURE C’EST C’EST SI il y a marqué Lapeyre sur son c’est heu un indien maintenant QU’EST-CE QU’IL PROPOSE LE GRAND CHEF ? Le grand chef regarde le LAPEYRE LA MAISON NOTRE PLUS BEAU PROJET c’est dans un une tête de profil elle regarde ils sont tous très gris il y a son doigt de pied qui bouche dans son platre et elle boit du coc ils dansent avec son c’est une momie qui avec ses yeux qui bougent ils font plein de formes il y a plein de gens en ligne et en fait elle elle est entrain d’accoucher et elle chante et puis l’autre il danse il se relève avec son platre il tombe parterre tout le monde se lève DANCING il continue ah il se relève et… QU’EST-CE QU’ILS ONT CEUX-LÀ ? UNE BONNE MUTUELLE et elle regarde elle revient on voit les voit de dos et ils sont tous entrain de se déhancher 60 ANS D’EXPÉRIENCE PLUS D’UN MILLION D’ADHÉRENTS LA MUTUELLE GÉNÉRALE ÇA VA DÉJÀ MIEUUUUX… C’est noir P-U-B et ça se reforme en fait c’était des geu beu pliés TATATATATATATATATA c’est le globe Bombay Sydney Marseille Prague Toronto Monréal Claire Chazal 20h Mexa Bangkok Long-Kong heu mmm breg Monréa elle est tout en blanc elle a un col roulé MESDAMES MESSIEURS BONSOIR elle a des perles DANS L’ACTUALITÉ 25 octobre 2008 NOUVELLE FRAYEUR DANS L’EUROSTAR CE SOIR un mégot regarde l’Eurostar A BLOQUÉ LE TRAIN ET PROVOQUÉ UN RETARD DE PLUS DE QUATRE HEURES et il ouvre la poubelle BIEN TARD il y a une foule dans la gare gros plan sur… LES DÉPARTS EN VACANCES DE LA TOUSSAINT ET ÇA TOMBE À CE MOMENT LAAA UNE ZONE EST CLASSÉE ORAAANGE LE BEU LEU … La police avec son jaune fluo et regarde une voiture IL NE FAUT PAS L’OUBLIER LES OPÉRATIONS DE CONTROLE SE MULTIPLIENT VIENT EN VECTEUR CES DEUX ils sont en train de souffler dans un truc avec marqué CRS dessus A L’ÉTRANGER DERNIER JOUR DE CAMPAGNE POUR LES CANDIDATS c’est Barack Obama qui est filmé un p’tit peu avec caméra PARTI AU CHEVET DE SA GRAND’MÈRE À SA FEMME MICHELLE Cindy contre Michelle une blanche une noire bien différentes la blanche elle a vraiment des cheveux très blancs blonds platine en fait ÉPOOUUSES DES CANDIDATS RÉPUBLICAINS IMPORTE elles ont toutes les deux des micros ET PUIS UNE MESSE EN L’HOMMAGE DE Sœur Emmanuelle en photo et puis un homme qui est tout le monde prie avec les LA RELIGIEUSE AVAIT SOUHAITÉ UNE avec l’encensoir il passe devant il y a une grosse télé à l’extérieur tout le monde est là et regarde et y en a une elle se baisse avec ses cheveux… Ils sont entrain de prier elle est à genoux LE CHANGEMENT D’HEURE quelqu’un change sa montre et l’autre il ouvre son horloge et UNE HEURE DE SOMMEIL DE PLUS ! Point d’exclamation et de il fait tout le tour du cadran à l’intérieur d’une horloge on voit DEMAIN MATIN IL SERA DEUX HEURES SEULEMENT redrigomontredonc elle regarde son papier on entend sous ti titrage sourds et malentendants TUNNEL SOUS LA MANCHE ÉTAIT DÉJÀ PERTURBÉ après il y a plein d’écrans derrière elle des petits et des grands deux orange et deux orange en p’tits ET PRÈS DE QUATRE HEURES EN RAISON D’UN MÉGOT DE CIGARETTE MAL ÉTEINT AU MOINDRE INR CIDENT elle a du mal à parler LES RÉSULTATS LES PASSAGERS SONT Londres Ashford Calais Lille Bruxelles c’est la carte Royaume-uni Eurostar avec le on est dans la à heu à l’intérieur du train DES PASSAGERS elle est couchée comme un bagage heueu un heu elle se cache dans la voiture-restaurant tout le monde est au restaurant entrain de se de discuter TOUT D’UN COUP JE VOYAIS D’LA FUMÉE PARTOUT L’ODEUR elle sourit elle est assis par terre ÉVACUÉS DU WAGON SANS SAVOIR CE QUI S’Y PASSAIT c’est une jeune avec les UN MÉGOT MAL ÉTEINT c’est le logo heuint interditdefumer heu ttt clocher TOUTE HEUUNE PROCÉDURE à l’intérieur de la poubelle on voit rien LE TRAIN ÉTAIT ENCORE DANS LE TUNNEL SOUS LA MANCHE driver conducteur ET JUSTE EN SORTANT c’est une femme ON A VIRÉ DE BORD ON EST ARRIVÉS SUR UNE VOIE D’URGENCE APRÈS L’INCENDIE là j’vois pas ah oui c’est le tunnel c’est l’entrée du tunnel qui est tout rouge endommagé avec des ambulances C’EST UNE NOUVELLE PÉRIPÉTIE POUR LES CLIENTS DE L’EUROSTAR les gens sont en train de parl SANS GRAVITÉ CETTE FOIS quelqu’un ils sont en train de manger pause cigarette sur le quai à l’extérieur ON VA TOUS SE FAIRE REMBOURSER DONC C’EST MOINS GRAVE AHAHAH ! ON EST TOUS TRÈS CONTENTS D’AVOIR LA COMPENSATION LE RETOUR GRATOS POUR NOËL ils sont tous en train de parler entrain de ET EN BUSINESS S’IL VOUS PLAÎT HÉHÉ ! elle est à l’extérieur le heu on voit la fe leueu laa porte ouverte POUR SE RÉENGAGER quelqu’un est affalé avec son portable EST ARRIVÉE À PARIS AVEC QUATRE HEURES DE RETARD AAAH PARIS !! elle sort avec sa valise ils ont East Pack heu AU MILIEU DE LA NUIT RESTAIT À FAIRE LA QUEUE c’est la heu POUR TROUVER UN TAXI c’est la queue elle regarde elle me regarde UN INCIDENT QUI EST SURVENU AU TOUT DÉBUT DES VACANCES DE LA TOUSSAINT LA JOURNÉE A ÉTÉ CLASSÉE ORANGE POUR CE SAMEDI IL N’Y A PAS EU DE DIFFICULTÉS MAJEURES SUR LES ROUTES MAIS LA POLICE APPELLE À LA VIGILANCE CAR CETTE PÉRIODE DE L’ANNÉE EST TRADITIONNELLEMENT MEURTRIÈRE LES OPÉRATIONS DE CONTRÔLE ONT ÉTÉ MULTIPLIÉES COMME ICI DANS LES AUTOCARS ET LES POIDS-LOURDS SUR L’AUTOROUTE A13 Seine-Maritime Calvados Eure l’A13 en jaune votre reportage de Corinne [off]

Photographie © Frédéric Nauzcyciel 2008

Feedbackroom

installation interactive, 2007

Installation interactive, 2007

Feedbackroom forme à la fois une installation interactive et un espace de performances. Un micro sur pied, au centre d’une salle obscure, réagit par des larsens hurlants et saturés à la présence et aux mouvements des visiteurs. Chaque geste ou déplacement module le son, instaurant à la fois une sensation accrue de son propre corps, et celle d’un organisme dangereux habitant l’espace. La salle est intégralement noire : seuls les corps qui la traversent sont accompagnés de leurs ombres en négatif, blanches, vibrantes et pixellisées, trace électronique du son qu’ils génèrent. Le dispositif évoque à la fois une « poursuite » de spectacle et un dispositif de surveillance et de conflit.

Thierry-Fournier-Feedbackroom_7608

Thierry-Fournier-Feedbackoom-Outlab-03

Coproduction Ecole nationale supérieure d’art de Nancy / Atelier de recherche et création Electroshop / Alliance Artem. Feedbackroom a donné lieu à la publication d’un DVD, édité en 2009 par les Éditions du Point d’exclamation et les Éditions du Parc / ENSA Nancy.

The Life of Things

installation, 2006 – vidéo, 2009

Installation, 2006 / vidéo, 2009
Curatrice Susanne Wernsing

Créée à l’invitation du Technisches Museum Wien pour l’exposition permanente Alltag – Eine Gebrauchsanweisung (Quotidien – Mode d’emploi), l’installation The Life of Things (Das Leben der Dinge) présente les interviews de neuf personnes confrontées chacune à dix objets non répertoriés, dont l’histoire prête à controverse, et dont le musée ne savait que faire. Le spectateur explore une table du toucher pour révéler ces interviews. Au sein d’un musée des sciences exposant un catalogue raisonné d’objets et de pratiques, The Life of Things ouvre une interrogation sur les représentations collectives que provoquent les objets d’une collection en devenir, en même temps qu’elle révèle transversalement neuf portraits humains confrontés à la curiosité et à l’incertitude.

Thierry-Fournier-The-Life-of-things-DSC03726

Thierry-Fournier-The-life-of-things-DSC03728

Thierry-Fournier-The-life-of-things-DSC03731

Thierry-Fournier-The-Life-of-things-DSC03741

Ce qui nous regarde

installation, Emmanuel Berriet et Thierry Fournier, 2005

Installation, 2005
Emmanuel Berriet et Thierry Fournier

L’installation Ce qui nous regarde propose un dispositif à travers lequel le public laisse des traces de son passage, interroge des mots et des images, et se voit questionné en retour. Face à un écran panoramique, la présence et le mouvement des spectateurs provoque l’apparition d’un très grand nombre de questions et de fragments de textes.

Par les textes et citations qu’ils font apparaître, et par la cohabitation qu’ils génèrent entre les éléments, ils commentent et interrogent douze vidéos faites d’images quotidiennes, de citations de films, d’écrivains, autour de la question du développement et des équilibres politiques. L’ensemble constitue un dispositif hybride entre projet de curatoriat, cinéma et installation interactive.

Thierry-Fournier-Ce-qui-nous-regarde-DSC01603

Thierry-Fournier-Ce-qui-nous-regarde-DSC01836

Thierry-Fournier-Ce-qui-nous-regarde-DSC01846

Vers Agrippine

pièce musicale et performance, 2004

Pièce musicale et performance, 2004
Avec les voix de Hiromi Asaï et Véronique Gens.

Vers Agrippine prend pour point de départ l’opéra Agrippina de Haendel. Elle déploie un principe de « profondeur de temps », à travers une navigation physique dans la temporalité de la musique. Un geste extrêmement lent de la main dessine un parcours parallèle sur trois têtes de lecture : les trente premières secondes de l’ouverture de l’opéra, la première phrase parlée (récitatif) et la première phrase chantée. Ce parcours au ralenti dans la matière de l’orchestre et de la voix laisse apparaître une autre musique, qui se déploie à la fois dans un intérieur microscopique et comme dans l’approche aérienne d’un paysage.

Commande musicale du Studio-Théâtre de Vitry et de Frédéric Fisbach en 2004. Photographie Frédéric Nauczyciel.

Machine Histoire

installation sonore interactive, 2004

Installation sonore interactive, 2004
Design des objets du jardin : Zarko.
Paysage : Pascale Langrand et François Schelameur.

Le Jardin du Nombril du Monde est un projet collectif construit autour d’une mythologie fictive, qui désigne Pougne Hérisson (200 habitants, Deux-Sèvres) comme le « Nombril du Monde », lieu « d’où sont parties et où doivent revenir toutes les histoires ». Le dispositif de Machine Histoire est composé de plusieurs micros avec lesquels les visiteurs sont invités à déposer des histoires, et d’un ensemble de hauts-parleurs répartis dans l’ensemble du jardin qui diffusent en mouvement toutes les histoires précédemment déposées. Chaque visiteur constitue son propre parcours dans un paysage vocal et sonore auquel il a lui-même contribué. L’espace se construit et s’accumule au fil du temps : nourri, parcouru et interrogé par les visiteurs eux-mêmes.

Thierry-Fournier-Machine-Histoires_01

Pandore / Hors-série Juliette Fontaine

direction éditoriale et publication, 2003

Hors-série n°1 de la revue Pandore – 2003
Voir également la description générale du projet Pandore.

« Le travail de Juliette Fontaine traverse de très nombreux domaines : films, performances, poésie, installations, pièces sonores. Elle a participé au projet Pandore depuis l’origine : dans le n° 2 paraissait Worstward Hô / Cap au pire, pièce sonore écrite à partir d’extraits de Samuel Beckett. Dès ce premier envoi apparaissait la singularité de son travail : des pièces atypiques, un univers de violoncelle, de montages, de sons, et une voix extrêmement singulière. Le sens de la respiration, du toucher, de l’instantané, du geste, sont très présents chez celle qui a été pianiste, et en a gardé une approche très directe de l’instrument et du son. Un travail parfois à l’arraché, qui ne s’embarrasse pas de la technique ou du son. J’ai rapidement renoncé à intervenir sur ces enregistrements réalisés dans le jardin ou dans la cuisine, avec un souffle défiant toutes les lois de la prise de son – mais témoignant d’une urgence dans laquelle on ne perd pas une heure à choisir un micro. Depuis quatre ans, une relation continue a ainsi vu le jour entre cette artiste et la revue. J’ai formé le projet de réaliser ce hors-série, qui me semble emblématique de Pandore : traverser et sentir clairement la « partie audible » de l’œuvre d’une artiste, entendre les tenants et les aboutissants d’un iceberg infiniment plus large. Ces pièces existent toujours absolument par elles-mêmes, sans aucune concession, à la fois fragiles, risquées, et intimes.

Thierry Fournier, avril 2003

Écouter l’album :

La Folie du coucou

Breath

Alice chez le chat Balthus

Alice rit

It’s my name

Alice and the rabbit hole

Ping-Pong
(Juliette Fontaine / Thierry Fournier)

Poèmes respirés

Ricochets

Fenêtre sur et seuil
(texte Juliette Fontaine / sample Frédéric Darricades / voix Catherine Jackson)

Petites épilepsies illusoires – They come

Petites épilepsies illusoires – Elles viennent

Petites épilepsies illusoires – Il n’y a rien

Petites épilepsies illusoires – Que ferais-je sans ce monde sans visage

Petites épilepsies illusoires – Chant triste

Petites épilepsies illusoires – It’s different and the same

Petites épilepsies illusoires – The absence of love

Petites épilepsies illusoires – Elles viennent autres

La Chant des baleines

Thierry-Fournier-jacquette-Juliette-Fontaine-01

Juliette Fontaine – Notes sur les pièces sonores

Mes pièces sonores surviennent souvent dans un état d’incapacité de travail à l’atelier. Pour éviter l’enfermement d’une impuissance douloureuse, je prends le violoncelle, je chante, je produits des balbutiements de langage par la bouche, je respire, je crie parfois. Comme une tentative de ne pas rester muette, en s’éloignant pour un temps de l’exigence trop abstraite des mots.

Dans Les petites épilepsies illusoires, quelques phrases à peine, sont émises dans d’étranges convulsions, contaminées de souffles, de bruits de bouche, de raclements de gorge, d’expirations/inspirations nasales. Parfois un chant s’installe, mélodieux, intense, résonnant. Voix et violoncelle se mêlent en un même rythme. Dans les vibrations de l’instrument à cordes, la voix découvre des sonorités et les prolonge.

L’intérêt que je porte depuis des années à l’ethnologie se manifeste ici sous une forme très personnelle. L’écoute approfondie des chants des Aborigènes et des Inuits, ne donne pourtant pas lieu à des reproductions ou des collages sonores. C’est plutôt la relation au monde dont témoignent ces musiques qui constitue une source pour mon travail. J’en fais une pratique tout à fait singulière, par une appropriation comme évidente, sans imitation.

D’autres pièces sonores, moins immédiates, de plus en plus nombreuses avec le temps, captent des sons, organisent des lignes mélodiques, décrivent des univers. Ceux-ci entretiennent des relations équivoques avec la musique. Je puise dans mes connaissances – j’ai joué du piano durant de longues années – sans pour autant composer de la musique au sens strict du terme. J’agence des sources sonores multiples comme j’agence des formes, des lignes, des couleurs, des techniques mixtes dans mon travail plastique. Il y a là une expérience toujours renouvelée et alchimique.

Les sons que j’utilise proviennent de mon environnement immédiat, enregistrés dans mon jardin, ouvert sur l’atelier : l’écoulement de la gouttière, le vent dans les feuilles des charmes, le crissement des végétaux morts, la percussion du caillou contre le pot en verre… Je crée un passage, une correspondance entre l’extérieur et l’intérieur de l’atelier. Je me laisse traverser par des portions d’espace qui constituent mes propres territoires. Je me lève avant l’aube pour enregistrer l’heure bleue, les premiers oiseaux. Certains sons d’animaux m’inspirent beaucoup, puisés dans des documents, tels que les chants des baleines, ou ceux des loups (Le chant des baleines, chant de baleine femelle, voix, violoncelle).

Des pièces sonores s’infiltrent dans mes films, elles en constituent parfois même l’origine. Le film s’articule autour de cette trame, sur laquelle j’interviens avec mon corps dans une danse improvisée. Certaines, à chaque fois renouvelées, deviennent des performances devant un public, comme Worstward Ho / Cap au pire inspirée de poèmes de Samuel Beckett. D’autres s’inscrivent dans mon travail d’écriture. Elles sont composées à partir de mes textes, en leur donnant une voix et des articulations rythmiques singulières. Bien plus qu’une simple lecture, elles révèlent autrement l’écriture : les Poèmes l’hiver sont devenus les Poèmes respirés, et autour du Poème vertical, j’ai enregistré plusieurs lectures/performances dans lesquelles interviennent des instruments de musique.

Ces pièces sonores s’inscrivent également dans la continuité de mon travail plastique lorsqu’elles deviennent la matière d’une installation, tout en existant à part entière. Some of Alice’s dreams est une série de pièces écrites au cours du travail sur une série de 150 collages et dessins inspirés d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll.

Mon travail part (vient) du corps, et cela depuis toujours – je dirais même de mon corps animal. Quand j’ai commencé à peindre, j’ai peint des corps sur des grands formats, comme si j’inscrivais mon propre corps sur la toile, souvent aussi grande que moi. Toujours entre le chant et le cri. Je travaille avec ce langage là. Puis, sur mes anciennes toiles, petit à petit, la peau des corps devenait transparente, elle s’est ouverte; je peignais l’intérieur, les organes, le sang qui palpite, les os, les chairs, tout cela dans un curieux chaos vibratoire et musical. Le corps intervient parfois dans sa nudité, dans les photos, dans les films. Et lorsque je deviens incapable d’écrire, de dessiner, de faire des photos ou des films, je crée des pièces sonores.

Au-delà de l’organique, a surgi alors la question de la présence : qu’est-ce qu’un corps? Comment l’habiter ? Comment apprivoiser et comprendre le monde par son seul intermédiaire ? Je palpe le monde qui m’entoure; les mains sont d’ailleurs récurrentes; ainsi que les lieux habitables pour sentir la nuit interne, ce corps à la fois dans son origine et son devenir: le ventre, l’antre, la hutte, le trou dans le tronc de l’arbre, la cellule, le nid, le coin… l’atelier.

Mes films apparaissent après des années de travail plastique. A mes yeux, ils sont d’ailleurs très picturaux. Les images sont au plus près des corps. Le corps est scruté dans ses questionnements, observé comme un paysage, traqué dans son animalité et dans sa solitude, animé souvent dans des gestes chorégraphiques.

Le corps est aussi fragmenté, parfois déformé, comme s’il devait incessamment tenter de se reconstituer, présenté dans son inachèvement, toujours appelé à renaître de lui-même. Il interroge sa présence et son propre langage charnel, organique, instinctif; tel un miroir flou, inversé peut-être, de la parole articulée. Je préfère le silence murmurant, frissonnant, du langage corporel; tout comme je préfère la poésie qui creuse des chemins de traverses au discours qui borne la route.

Si c’est toujours mon corps qui apparaît dans mes films, c’est d’abord parce que je travaille absolument seule. Par là même, beaucoup de mes films sont des performances filmées. Très rares sont les passages filmés plusieurs fois ou retravaillés. Les images sont des instants uniques; c’est le montage qui donne forme à l’écriture du film.Hors-série n°1 de la revue Pandore – 2003
Voir également la description générale du projet Pandore.

[singlepic id=664 w=320 h=240 float=none]

« Le travail de Juliette Fontaine traverse de très nombreux domaines : films, performances, poésie, installations, pièces sonores. Elle a participé au projet Pandore depuis l’origine : dans le n° 2 paraissait Worstward Hô / Cap au pire, pièce sonore écrite à partir d’extraits de Samuel Beckett. Dès ce premier envoi apparaissait la singularité de son travail : des pièces atypiques, un univers de violoncelle, de montages, de sons, et une voix extrêmement singulière. Le sens de la respiration, du toucher, de l’instantané, du geste, sont très présents chez celle qui a été pianiste, et en a gardé une approche très directe de l’instrument et du son. Un travail parfois à l’arraché, qui ne s’embarrasse pas de la technique ou du son. J’ai rapidement renoncé à intervenir sur ces enregistrements réalisés dans le jardin ou dans la cuisine, avec un souffle défiant toutes les lois de la prise de son – mais témoignant d’une urgence dans laquelle on ne perd pas une heure à choisir un micro. Depuis quatre ans, une relation continue a ainsi vu le jour entre cette artiste et la revue. J’ai formé le projet de réaliser ce hors-série, qui me semble emblématique de Pandore : traverser et sentir clairement la « partie audible » de l’œuvre d’une artiste, entendre les tenants et les aboutissants d’un iceberg infiniment plus large. Ces pièces existent toujours absolument par elles-mêmes, sans aucune concession, à la fois fragiles, risquées, et intimes.

Thierry Fournier, avril 2003

Ecouter les autres numéros de Pandore : n°0 à n°4 | n°6 et n°7 | n°8 | n°9

En écoute

La Folie du coucou

Breath

Alice chez le chat Balthus

Alice rit

It’s my name

Alice and the rabbit hole

Ping-Pong
(Juliette Fontaine / Thierry Fournier)

Poèmes respirés

Ricochets

Fenêtre sur et seuil
(texte Juliette Fontaine / sample Frédéric Darricades / voix Catherine Jackson)

Petites épilepsies illusoires – They come

Petites épilepsies illusoires – Elles viennent

Petites épilepsies illusoires – Il n’y a rien

Petites épilepsies illusoires – Que ferais-je sans ce monde sans visage

Petites épilepsies illusoires – Chant triste

Petites épilepsies illusoires – It’s different and the same

Petites épilepsies illusoires – The absence of love

Petites épilepsies illusoires – Elles viennent autres

La Chant des baleines

Juliette Fontaine – Notes sur les pièces sonores

Mes pièces sonores surviennent souvent dans un état d’incapacité de travail à l’atelier. Pour éviter l’enfermement d’une impuissance douloureuse, je prends le violoncelle, je chante, je produits des balbutiements de langage par la bouche, je respire, je crie parfois. Comme une tentative de ne pas rester muette, en s’éloignant pour un temps de l’exigence trop abstraite des mots.

Dans Les petites épilepsies illusoires, quelques phrases à peine, sont émises dans d’étranges convulsions, contaminées de souffles, de bruits de bouche, de raclements de gorge, d’expirations/inspirations nasales. Parfois un chant s’installe, mélodieux, intense, résonnant. Voix et violoncelle se mêlent en un même rythme. Dans les vibrations de l’instrument à cordes, la voix découvre des sonorités et les prolonge.

L’intérêt que je porte depuis des années à l’ethnologie se manifeste ici sous une forme très personnelle. L’écoute approfondie des chants des Aborigènes et des Inuits, ne donne pourtant pas lieu à des reproductions ou des collages sonores. C’est plutôt la relation au monde dont témoignent ces musiques qui constitue une source pour mon travail. J’en fais une pratique tout à fait singulière, par une appropriation comme évidente, sans imitation.

D’autres pièces sonores, moins immédiates, de plus en plus nombreuses avec le temps, captent des sons, organisent des lignes mélodiques, décrivent des univers. Ceux-ci entretiennent des relations équivoques avec la musique. Je puise dans mes connaissances – j’ai joué du piano durant de longues années – sans pour autant composer de la musique au sens strict du terme. J’agence des sources sonores multiples comme j’agence des formes, des lignes, des couleurs, des techniques mixtes dans mon travail plastique. Il y a là une expérience toujours renouvelée et alchimique.

Les sons que j’utilise proviennent de mon environnement immédiat, enregistrés dans mon jardin, ouvert sur l’atelier : l’écoulement de la gouttière, le vent dans les feuilles des charmes, le crissement des végétaux morts, la percussion du caillou contre le pot en verre… Je crée un passage, une correspondance entre l’extérieur et l’intérieur de l’atelier. Je me laisse traverser par des portions d’espace qui constituent mes propres territoires. Je me lève avant l’aube pour enregistrer l’heure bleue, les premiers oiseaux. Certains sons d’animaux m’inspirent beaucoup, puisés dans des documents, tels que les chants des baleines, ou ceux des loups (Le chant des baleines, chant de baleine femelle, voix, violoncelle).

Des pièces sonores s’infiltrent dans mes films, elles en constituent parfois même l’origine. Le film s’articule autour de cette trame, sur laquelle j’interviens avec mon corps dans une danse improvisée. Certaines, à chaque fois renouvelées, deviennent des performances devant un public, comme Worstward Ho / Cap au pire inspirée de poèmes de Samuel Beckett. D’autres s’inscrivent dans mon travail d’écriture. Elles sont composées à partir de mes textes, en leur donnant une voix et des articulations rythmiques singulières. Bien plus qu’une simple lecture, elles révèlent autrement l’écriture : les Poèmes l’hiver sont devenus les Poèmes respirés, et autour du Poème vertical, j’ai enregistré plusieurs lectures/performances dans lesquelles interviennent des instruments de musique.

Ces pièces sonores s’inscrivent également dans la continuité de mon travail plastique lorsqu’elles deviennent la matière d’une installation, tout en existant à part entière. Some of Alice’s dreams est une série de pièces écrites au cours du travail sur une série de 150 collages et dessins inspirés d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll.

Mon travail part (vient) du corps, et cela depuis toujours – je dirais même de mon corps animal. Quand j’ai commencé à peindre, j’ai peint des corps sur des grands formats, comme si j’inscrivais mon propre corps sur la toile, souvent aussi grande que moi. Toujours entre le chant et le cri. Je travaille avec ce langage là. Puis, sur mes anciennes toiles, petit à petit, la peau des corps devenait transparente, elle s’est ouverte; je peignais l’intérieur, les organes, le sang qui palpite, les os, les chairs, tout cela dans un curieux chaos vibratoire et musical. Le corps intervient parfois dans sa nudité, dans les photos, dans les films. Et lorsque je deviens incapable d’écrire, de dessiner, de faire des photos ou des films, je crée des pièces sonores.

Au-delà de l’organique, a surgi alors la question de la présence : qu’est-ce qu’un corps? Comment l’habiter ? Comment apprivoiser et comprendre le monde par son seul intermédiaire ? Je palpe le monde qui m’entoure; les mains sont d’ailleurs récurrentes; ainsi que les lieux habitables pour sentir la nuit interne, ce corps à la fois dans son origine et son devenir: le ventre, l’antre, la hutte, le trou dans le tronc de l’arbre, la cellule, le nid, le coin… l’atelier.

Mes films apparaissent après des années de travail plastique. A mes yeux, ils sont d’ailleurs très picturaux. Les images sont au plus près des corps. Le corps est scruté dans ses questionnements, observé comme un paysage, traqué dans son animalité et dans sa solitude, animé souvent dans des gestes chorégraphiques.

Le corps est aussi fragmenté, parfois déformé, comme s’il devait incessamment tenter de se reconstituer, présenté dans son inachèvement, toujours appelé à renaître de lui-même. Il interroge sa présence et son propre langage charnel, organique, instinctif; tel un miroir flou, inversé peut-être, de la parole articulée. Je préfère le silence murmurant, frissonnant, du langage corporel; tout comme je préfère la poésie qui creuse des chemins de traverses au discours qui borne la route.

Si c’est toujours mon corps qui apparaît dans mes films, c’est d’abord parce que je travaille absolument seule. Par là même, beaucoup de mes films sont des performances filmées. Très rares sont les passages filmés plusieurs fois ou retravaillés. Les images sont des instants uniques; c’est le montage qui donne forme à l’écriture du film.

Electric Bodyland

installation sonore, 2003

installation sonore, 2003

L’espace de Electric Bodyland est vide. Chaque mouvement ou déplacement d’un visiteur produit une navigation à l’intérieur d’une pièce musicale électronique qui se compose, se mixe et se spatialise au gré des manifestations du corps. Individuellement ou collectivement, les spectateurs explorent et jouent leur propre version d’une partition ouverte, dans une sculpture sonore qui se parcourt dans le vide, par le milieu, et de l’intérieur.

Thierry-Fournier-Electric-bodyland_08

Thierry-Fournier-Electric-bodyland_10-hd

L’Ombre d’un doute

installation, 2003

installation, 2003

L’installation L’ombre d’un doute constitue un « espace de controverses » : un ensemble de points de vue sur la science, la politique et les médias, mis en confrontation par la présence et les parcours des visiteurs. Le dispositif est constitué par une paroi circulaire sur laquelle sont projetées un grand nombre de phrases, et devant laquelle se déplacent les visiteurs. Ceux-ci apparaissent au mur sous la forme de « fantômes » blancs, qui font apparaître des séquences vidéos : 17 interviews de personnalités ou d’anonymes, une série d’achives TV, et un ensemble de lectures de textes par des comédiens autour des relations entre politique, science et médias. Chacun est confronté à deux formes simultanées de collectivité : celle qui se dessine à travers le contenu des séquences, et celle qui se construit en temps réel dans l’espace même de l’oeuvre.

Interviewés : activistes et membres d’associations (François Desriaux, Christophe Gérard, Anne-Laure Morin, Christophe Noisette), philosophes et sociologues (Marc Augé, Bernard-Marie Dupont, François Ewald, Pierre Lascoumes, Isabelle Stengers), un fermier (Hervé Touraquet), fonctionnaires et personnalités politiques (Bernard Bachelier, Alain Claëys, Martin Hirsch), chercheurs (Olivier Godard, Pierre-Henri Gouyon, Guy Riba, Jacques Testart). 

Thierry-Fournier-Ombre-dun-doute_02-large

Extraits des textes : Giorgio Agamben (Moyens sans fins), Gilles Châtelet (Vivre et penser comme des porcs), Gilles Deleuze et Félix Guattari (Qu’est-ce que la philosophie ?), Georges Didi-Huberman (Ce que nous voyons, ce qui nous regarde), Bernard Kourilsky et Geneviève Viney (Rapport au premier ministre sur le principe de précaution), Bruno Latour (Du principe de précaution au principe de bon gouvernement), Maurice Merleau-Ponty (L’oeil et l’esprit), Francis Ponge (Le Parti pris des choses), Armand Robin (La Fausse Parole), Clément Rosset (Principes de sagesse et de folie), Isabelle Stengers (Sciences et pouvoirs – la démocratie face à la technoscience), Paul Watzlawick (La Réalité de la réalité : confusion, désinformation, communication), Ludwig Wittgenstein (De la certitude).

Photographies Patrick Ageneau 2003.

Les Paravents

création musicale pour la scène, 2003

Pièce de Jean Genet / mise en scène de Frédéric Fisbach, 2003
Création musicale, son, spatialisation, dispositif temps réel

Pièce monstrueuse prenant pour cadre l’Algérie coloniale avec ses quatre-vingt-seize personnages, la mise en jeu de plans successifs, la simultanéité de certaines scènes, le survol d’un territoire en guerre, Les Paravents ont été mis en scène en 2002 par Frédéric Fisbach avec trois acteurs, deux vociférateurs, un interprète musical et le théâtre de marionnettes japonais Youki-za.

« Les Paravents apparaît comme une proposition pour un théâtre total, une fête comme l’écrit Genet, où le texte, dit ou chanté, accompagne l’action poétique qui se déroule sur des scènes, des paravents et des écrans. Les Paravents sont porteurs d’un rêve ou d’une vision du théâtre – une comédie et aussi une fête grave, destinée aux vivants comme aux morts. Un poème pour la scène, et c’est bien cette dimension poétique qui ravive le politique – en ce sens qu’il offre aux regard, à l’esprit et au talent du spectateur, une vision du monde » (F. Fisbach). La partition musicale et sonore est interprétée en direct par Jean-Baptiste Droulers, intervenant à la fois sur la diffusion des voix et des espaces sonores, et l’interprétation de la pièce musicale.

Thierry-Fournier-Paravents-01

Thierry-Fournier-Paravents-02

Une approche musicale globale, de la voix au son et à la musique

Les Paravents sont construits à l’image d’une fugue, exposant et développant un entrelacs de situations, de plis et de motifs, jouant des temps et des espaces en les faisant se superposer, s’interrompre et parfois se contredire, sans jamais laisser s’installer un propos unique. Face à cette forme, l’exigence constante de Frédéric Fisbach en matière d’écoute, de prosodie et d’équilibre sonore des situations a suscité un travail d’élaboration sonore et musicale ne perdant jamais de vue sa relation au texte. De ce fait, la première singularité de notre approche a consisté à toujours travailler simultanément sur l’amplification et la spatialisation des voix des comédiens, sur le son de la pièce, et sur la composition d’une partition musicale. Ces trois domaines se croisent en permanence au cours du spectacle, ils sont joués en direct par Jean-Baptiste Droulers, qui joue à la fois le rôle d’interprète musical et de régisseur son. Cette notion de jeu et de direct est importante, le suivi des voix et le jeu des musiques se font en parallèle, en relation étroite avec les acteurs et la dynamique de leur jeu. Ce rôle s’apparente en quelque sorte au joueur de shamisen du bunraku – ici, un shamisen électronique.

Nous avons choisi d’amplifier et de spatialiser les voix pour plusieurs raisons. Frédéric Fisbach voulait éviter le plus possible la projection vocale typique du théâtre. L’amplification permet une grande proximité et une plus grande richesse d’intensités.
Mais elle permet également de différencier clairement des plans vocaux distincts, ce qui est le cas par exemple entre les acteurs et les vociférateurs – ou entre le monde des vivants et celui des morts. Ici intervient la spatialisation, qui va dans le sens de la dramaturgie : la pièce se déploie progressivement par un montage de situations alternées, dans lesquelles la différenciation des espaces vocaux prend tout son sens. Les images sonores se développent principalement autour de ce que l’on pourrait appeler « le monde extérieur » (les militaires, les colons, les combattants, les prostituées…), celui des situations et des conflits. Elles évoquent des espaces ou des sons de façon fragmentaire, interrompue – leur statut pourrait être comparé à celui des paravents: évoquer des situations, mais à distance et comme en modèle réduit.

La partition musicale, quant à elle, se déploie autour des deux autres mondes de la pièce que sont les Orties (Saïd, Leila et la Mère), et le monde des morts. Les Orties portent autour d’eux un univers de vibration électronique, une masse pulsatoire qui les accompagne et découpe l’espace autour d’eux, comme pour les isoler. Dans le monde des morts, plus de son, plus de bruits, seule une variation orchestrale de clarinettes, de frottements d’anches et de percussions (lames et gamelans), qui laisse percevoir la suspension du temps, et se déploie au cours des trois derniers tableaux.

Thierry Fournier
avril 2002

Sweetest Love

création musicale pour le cinéma, 2002

Série de pièces musicale pour trois voix et électronique, 2002

Sweetest Love est une série de sept pièces composée sur trois textes de John Donne, poète et philosophe du XVIe siècle, contemporain de Shakespeare (Song, Women’s constancy, A fever). Ecrite pour trois voix d’hommes (ténor, baryton, basse) et électronique, la pièce alterne solis et trios, parties a capella et ensembles avec ordinateur. Sur un registre principalement mélodique, elle explore la plus grande fragilité possible des voix et un rapprochement extrême des trois tessitures vocales, confrontées à une écriture électronique dense et saturée.

Extraits :



Sweetest Love a été créé pour le film de Anne Théron Ce qu’ils imaginent, avec Marie Trintignant, Marc Barbé, Aurélien Wik, Anne Cantineau, Julie Gayet. Interprètes : Jean-François Chiama (ténor), Jean-Christophe Jacques (baryton), Jean-Loup Pagésy (basse), Thierry Fournier (électronique)

L’architecture du paradis

création musicale, 2000

Création musicale pour quatre voix et électronique, 2000
Interprètes : Armelle Orieux (mezzo-soprano) Laura Gordiani (alto), Vanda Benes et Lyndee Mah (voix parlées).

L’Architecture du Paradis est une pièce musicale en cinq sections créée pour l’installation éponyme de Marie Sester au SFMOMA en 2000. Ecrite pour quatre solistes vocaux et électronique temps réel, elle est fondée sur les extraits du Timée-Critias de Platon décrivant l’histoire et le rôle de l’Atlantide. Le texte est chanté dans sa version anglaise; il est dit par les deux comédiennes, en français et en anglais. Extrait de de son contexte historique spécifique, il évoque des réflexions sur la notion de société idéale, et ses contreparties en matière de domination politique. La pièce se construit dans une tension entre un duo alto et soprano, une lecture du texte par les deux comédiennes, l’écriture électronique et les transformations vocales en temps réel.

Extraits :


Photographie © Marie Sester 2000.

La Mue de l’ange

création scénique en réseau, 2000

Création scénique en réseau, 1999-2000
Isabelle Choinière (chorégraphie et scénographie) et Thierry Fournier (dispositifs et musique interactifs)

La performance La Mue de l’ange propose un travail sur les projections et transformations parcourues par le corps à travers le réseau. Deux danseuses évoluent et dialoguent à partir de deux sites distants. Chacune des deux interprètes génére par sa danse l’ensemble des images et des sons de son environnement propre, qui sont également transmis à son interlocutrice. La création musicale de la pièce associe deux partitions entendues simultanément, générées par les danseuses en temps réel, puis échangées via le réseau – chaque site donnant à entendre une hybridation spécifique de ces deux formes.

Thierry-Fournier-Mue-de-lange_01

Synopsis

Le spectacle se déroule simultanément sur deux sites, reliés en réseau par internet et visioconférence. Sur chacun des deux sites se trouvent à la fois une interprète et un public. En permanence, les deux interprètes génèrent et échangent en temps réel les sons et les images qui proviennent de leur gestuelle. On peut donc voir et entendre chaque interprète, dans l’espace de l’autre. Cet échange les place dans une situation d’interaction constante et immédiate : entre leur corps réels, leurs projections dans l’espace sonore et visuel, et les transferts qui se produisent entre les deux sites. Toute gestuelle a une incidence directe et immédiate sur l’espace et le son qui l’entoure, mais également vers l’espace et le son du site distant – et réciproquement. L’ensemble se comporte comme une matrice, à entrées multiples. L’apparition dans le champ d’un autre acteur distant introduit une perturbation permanente, qui instaure la relation entre les deux interprètes et leur public dans un état d’équilibre instable, parfois sauvage. Ce « double électronique commun » se construit ainsi dans un temps accéléré, bouclé et suspendu. Le temps immobile de l’image se déplie ainsi dans une autre perspective temporelle, où l’accélération produit la trace d’une entropie devenue visible et active.

Nous avons construit une écriture composée, où les corps et leurs espaces se répondent et se stimulent à un niveau à la fois formel et organique. Il ne s’agit pas d’une écriture composite, constituée de niveaux chorégraphiques / musicaux / visuels / lumineux, mais plutôt d’une « construction de synthèse », élaborée à partir des traces produites par le corps dans les situations de média que nous avons mises en oeuvre. Dans ce contexte, les domaines disciplinaires perdent de leurs contours. Le geste relève à la fois d’un mouvement dans l’espace, de l’organisation d’un flux lumineux, d’un geste instrumental, et de la composition d’une forme vidéo, transformée lue à distance. Nous parlons donc d’interprètes, au sens ouvert du terme. L’écriture se construit en parallèle, dans un ralenti permanent des situations de feedback produites par le dispositif.

La partition musicale et sonore est construite à partir d’éléments vibratoires et rythmiques, et des différentes manifestations du corps, de la voix et du souffle dans le mouvement. L’ensemble – oscillations, synthèse, traitement vocal – est à la fois généré et transformé par le geste, via un programme écrit spécifiquement pour le spectacle : la production sonore, ses timbres, ses intensités, sont dépendants de la gestuelle des interprètes dans l’espace, et de leur dialogue via le réseau. Les voix et le geste sont captés par un ensemble de micros placés sur le corps. Ces données sont échangées en temps réel entre les deux sites. Dans ce système, le geste contrôle à la fois la production des matériaux sonores, mais également le traitement et la spatialisation de la voix même de l’interprète. La visioconférence prend en charge pour sa part l’échange des traitements vidéo des images, ainsi que la diffusion en duplex du son et de la musique.

Ce système d’interrelations se déploie progressivement au cours du spectacle, commençant par un ensemble de traces vocales dans un espace indéterminé, pour se terminer par une section où le seul matériau instrumental est constitué par les feedbacks sonores produits entre les micros des interprètes et les hauts-parleurs qui les entourent – situation où le mouvement et la position dans l’espace constituent l’origine unique de la production sonore : la relation entre le corps et l’espace devient ici un instrument. A l’issue du spectacle, c’est le son du public lui-même qui est capté et mis en boucle entre les deux sites, rendant sensible l’espace sonore de la transmission.

La structure de la musique est parcourue singulièrement par les interprètes à chaque représentation. Ce qui est entendu par le public résulte de l’intersection entre cette « partition virtuelle » et de ce qu’en font les interprètes. Nous avons ici fait le choix de maintenir le risque lié au dispositif technologique là où il fait sens pour le spectacle : dans la liberté de jeu donnée aux interprètes. Le choix des micros correspond à cette volonté : extrêmement polyvalents, ils peuvent être utilisés, par l’interprète lui-même, dans une très large palette de situations adaptées au concept d’ensemble. L’élaboration du langage instrumental de la pièce se construit à partir du geste, et des différents détournements possibles du même outil : captation de la vitesse du mouvement, enregistrement des sons du corps, parole, chant, son du geste, résonance de l’espace, feed-back, percussion, etc.

Le mouvement est ainsi capté sous forme de données (lorsque le micro est utilisé en tant que capteur) et simultanément dans ses caractéristiques physiques et sensuelles – via le son transmis par le micro lui-même. Le danseur intervient de la voix, du souffle, il devient attentif au son qu’il produit lui-même, comme s’il jouait d’une « caméra sonore » retranscrivant le mouvement de son corps dans l’espace, et que ce mouvement devienne à son tour partie intégrante de la musique. Les micros sont également utilisés comme canaux de génération sonore, dans le cas des feedbacks produits par leur voisinage avec les hauts-parleurs. La position du corps dans l’espace a alors la double vocation de déclencher le feedback, et de contrôler en permanence sa qualité, son intensité et ses nuances. La gestuelle devient spécifiquement instrumentale, en résultant très finement du mouvement dans un espace chargé de tensions.

Isabelle Choinière et Thierry Fournier, Montréal, 2000

Le Trésor des Nibelungen

installation interactive, avec O. Auber & E. Berriet, 2000

Installation interactive, 2000
Olivier Auber, Emmanuel Berriet, Thierry Fournier
Interprètes : Armelle Orieux (soprano), Laura Gordiani (alto), Jean-François Chiama (ténor), Eric Guillermin (basse).

L’installation interactive Le Trésor des Nibelungen est un des tous premiers exemples d’œuvres reposant intégralement sur l’expérience d’un espace virtuel. Elle a été conçue autour de la Chanson du Nibelungen (XXIIe s.) et du mythe auquel elle a donné naissance, qui constitue un monument invisible de l’histoire allemande et notamment de la ville de Worms où il se déroule. Conçue et réalisée par Olivier Auber, Emmanuel Mâa Berriet et Thierry Fournier, elle faisait partie intégrante du Musée du Nibelungen de Worms en Allemagne (conçu par Olivier Auber et Bernd Hoge) dont elle concluait la visite, et où elle a été exposée de manière permanente entre 2000 et 2008. 

L’installation postule que le trésor des Nibelungen, au-delà de son hypothétique existence matérielle, est plus certainement composé par l’ensemble des représentations auxquelles il a donné lieu pendant l’Histoire : de la littérature à la peinture en passant par la Tétralogie de Wagner. Les visiteurs voient la ville de Worms d’en dessous, comme si le sol était devenu transparent. Cet espace ouvert sous la terre est habité par l’ensemble des images suscitées par la légende et par une représentation des trois talismans principaux du trésor : l’anneau, l’épée et le sceptre – qui renvoient à la tripartition symbolique classique mise en évidence par Georges Dumézil.

L’espace virtuel se déploie par une projection à 360° autour des spectateurs, qui naviguent dans cet espace par l’intermédiaire d’une interface individuelle située au centre de la salle. L’ensemble des images, des sons et des musiques sont dotés de comportements qui réagissent en temps réel à la navigation du spectateur. C’est notamment le cas de la musique créée pour quatre solistes (soprano, alto, ténor, basse), électronique et programme temps réel, dont l’ensemble de la composition se crée intégralement en direct au fil des parcours dans l’espace. Intégralement processuel, le dispositif compose aussi bien l’électronique et la spatialisation des sons que les partitions vocales, à partir de micro-fragments enregistrés avec les musiciens.

À travers ce parcours dans l’espace qui appelle ainsi à un geste instrumental de la part du visiteur, se construit une expérience temporelle et individuelle de circulation continue dans le temps, l’écriture, les images et la musique – et par là même une remise en jeu et en perspective de ces représentations.

Extraits de captations musicales :

Thierry-Fournier-Tresor-nibelungen_10

Thierry-Fournier-Tresor-nibelungen_08

Thierry-Fournier-Tresor-nibelungen_01

Thierry-Fournier-Tresor-nibelungen_02

Thierry-Fournier-Tresor-nibelungen_03

Thierry-Fournier-Tresor-nibelungen_05

Photographies © Oivier Auber, Emmanuel Mâa Beriet & Thierry Fournier, 2000

Core

Création musicale, 1999

Création musicale, 1999
Avec la voix d’Alyson Wishnousky

Core a été composée à partir d’une série de conversations enregistrées à Montréal avec Alyson Wishnousky (danseuse et performeuse) qui parle de la sensation qu’elle éprouve dans le mouvement. Une écriture s’est élaborée à partir de sa voix et d’un ensemble d’oscillations saturées, filtrées, autour d’une pure notion de mise en vibration et en déplacement, du passage de l’immobilité au mouvement. Core est jouée en concert sur ordinateur et sherman.

(…) it’s all about time and movement and space they all form the same patterns together at the same time so it makes the heart beat faster and the breath speed up and the body warm up and it generates heat like fire so thats where the movement and gestures relate (…) its all about air and breath and breath generates life and allows more space opens up more space in the body in the pores enters air and water and fire they mingle a continuous spiralling of the spine spiral waves waves continuous waves (…)

Extraits


Photographie : performance avec Emmanuel Berriet, ISEA / Divan du monde, 2000

Pandore

revue, 1997 – 2004

Revue
neuf numéros parus de 1997 à 2004

Le projet de Pandore consiste à proposer à des auteurs de toutes disciplines (artistes, scientifiques, metteurs en scène, acteurs, journalistes…) de livrer un extrait sonore de durée libre (de quelques secondes à quelques minutes), témoignant de leur travail en cours. Tous les extraits sont montés bout à bout en respectant rigoureusement leur ordre d’arrivée, sans intervention de remontage, de mixage ou d’habillage. L’ensemble a donné lieu à une distribution sur CD et à des écoutes en public à l’atelier de la rue Martel de 1999 à 2001, puis à Lelabo (Paris). Le choix des invités s’effectue en fonction de la possibilité de leur intervention dans le cadre d’une revue purement sonore, quel que soit le médium de leur travail; elle n’invite donc pas spécifiquement des musiciens, compositeurs ou artistes sonores.

Ecouter des extraits des numéros : numéros 0 à 5, numéros 6 et 7, numéro 8, numéro 9 et le numéro hors-série consacré aux pièces sonores de Juliette Fontaine.

Interview de Thierry Fournier par Arnaud Laporte, Multipistes (France Culture) 24 avril 2003 :

Trailer de la revue (1998) :

Thierry-Fournier-jacquette-Pandore-8