Performance, 2008
Texte Noëlle Renaude / performance Thierry Fournier
Série de performances Conférences du dehors. Avec Emmanuelle Lafon.

La Bonne Distance est une conférence proliférante sur une personne croisée dans le métro dont des ficelles tiennent ses chaussures et qui répète sans cesse la phrase « je n’ai rien à bouffer ». Entre cours de marketing à l’attention des SDF et thèse de sémiologie, l’ensemble questionne la violence des injonctions sociales. Voir également le texte de Noëlle Renaude Dedans dehors relatant le processus d’écriture et de création de la performance.

Thierry-Fournier-La-bonne-distance-12

Thierry-Fournier-La-bonne-distance_2837

Thierry-Fournier-La-bonne-distance_3007

Extrait du texte

Cet homme est très pauvre, « je n’ai rien à bouffer », il n’a pas honte d’être pauvre, ni qu’on ne voie tout de suite de lui que ça, qu’il est très pauvre, cet homme, il n’a pas honte de dire « je n’ai rien à bouffer » car sa pauvreté est si grande qu’il est incapable d’imaginer qu’il pourrait faire autre chose que de montrer ce qu’il est, un homme très pauvre plus pauvre que tous les pauvres, et de détacher de lui d’une manière naturelle ce type de phrase « je n’ai rien à bouffer », de dire « je n’ai rien à bouffer » au milieu de ces gens qui en voient tant d’autres, mal arrangés comme lui, fagotés de loques que seuls les très pauvres sont capables de porter sans en rire, de confier de ce ton détaché si particulier à ceux qui sont sûrs que ce qu’ils disent ne sera pas entendu, qu’ils soient trop en avance sur leur temps, qu’ils parlent une langue maudite ou qu’ils n’aient aucune conviction personnelle, personne ne les entend, « je n’ai rien à bouffer », il sait, cet homme très pauvre que dire « je n’ai rien à bouffer » ne changera pas sa route, ne lui donnera pas ce qui lui manque, mais c’est symbolique et salvateur de pouvoir dire tout haut avec un si grand calme « je n’ai rien à bouffer » à personne en particulier, d’avoir encore le droit d’être là au milieu de ceux qui ont le droit eux aussi de ne pas entendre, et de prononcer « je n’ai rien à bouffer », sans la peur qu’un tel énoncé le couvre de ridicule ou déclenche l’hystérie, s’il est là cet homme-là à avouer sans impudeur excessive son extrême pauvreté qui lui fait déclarer au milieu de ceux qui ne l’écoutent même plus « je n’ai rien à bouffer », c’est que des mots au moins il en a encore pour un petit temps, si la bouffe ne se partage pas les mots eux se partagent encore (…)

Photographies Frédéric Nauczyciel et Alexandre Nollet.