Horizon Flottant

Dans une grande salle de projection, le public fait face à l’image à grande échelle d’un paysage marin nocturne : la mer, sous un ciel étoilé, représentation réelle de la voûte céleste au lieu et à l’heure de la projection. Chaque mouvement ou déplacement des visiteurs produit lentement une perturbation qui est proportionnelle à son intensité : l’atmosphère se brouille, l’horizon monte, la mer se gonfle. Si le mouvement du public est important, l’horizon oscille et monte vers le haut de l’écran, comme si l’on était face à une très grande vague. À l’inverse, si les visiteurs réduisent leurs gestes, il descend et se stabilise, le ciel se dégage. S’ils demeurent immobiles, alors la mer se calme et redescend, les brumes se dispersent, l’image gagne en profondeur, dévoilant progressivement les étoiles qui deviennent de plus en plus nettes.

L’œuvre confronte les visiteurs, individuellement et collectivement, à un paysage naturel dont l’état et l’équilibre dépend uniquement de leur attention et de leur comportement, pouvant aller jusqu’à l’évocation d’une catastrophe. Seule l’attention permet d’accéder à l’expérience du regard et à une relation avec l’ensemble de l’espace naturel.