Solo show
du 18 septembre au 7 novembre 2015
Lux Scène nationale de Valence
Voir le catalogue en ligne.

L’exposition Overflow réunit une série d’œuvres récentes qui ont en commun d’aborder les relations entre l’humain et des flux de données. Des réseaux sociaux aux fils d’informations en direct, elles déploient des confrontations entre les données et nos limites physiques, suspendant et décodant ces flux et mettant en évidence des enjeux aussi bien sensibles que politiques : paysage en 3D créé en direct par des tweets exprimant des désirs (Ecotone), mise en fiction du réel par des flux d’information et des musiques de blockbusters (Précursion), implosion du langage face à la télévision (Circuit fermé), intrusion d’un contrôle dans l’espace de l’exposition (Set-up), etc.

Le terme overflow désigne un débordement, voire une submersion, qui peut être celle de la perception face à des données qui la dépassent. C’est dans notre distance vis-à-vis du monde que se forment nos représentations, alors même que l’image se substitue progressivement au réel. Le réseau est présent partout et se nourrit des individus, à travers des dispositifs de suivi et de capture toujours plus présents, dans une économie dont l’attention est devenue la matière première. Cependant, les résistances à ces logiques se font jour : la distance se déplace, une extériorité est toujours possible.

Les œuvres présentées dans Overflow se placent à l’écoute de ces paradoxes, en provoquant des relations entre ces environnements et des corps, entre la perception et le langage. Le débordement qu’évoque le titre n’est pas seulement celui du flux et du réseau, mais aussi celui de l’humain qui leur est confronté.

Catalogue

L’exposition est accompagnée d’un catalogue en édition limitée et numérotée, publié par Pandore, présentant des textes critiques de J. Emil Sennewald et Pau Waelder, un texte inédit de Jean Cristofol, ainsi qu’une large iconographie sur les œuvres et documents de travail. Voir la version en ligne, publiée en 2016.

Œuvres

Ecotone, installation en réseau (2015)

Un paysage en 3D est généré par des messages captés en direct sur Twitter, lus par des voix de synthèse et qui ont tous en commun d’exprimer des désirs : « j’aimerais tellement », « je rêve de »… Une caméra se déplace à l’infini dans ce paradis artificiel. Extraits du contexte et des codes d’un réseau social, ces pensées personnelles et parfois intimes apparaissent comme un récit collectif involontaire, où le désir de l’être aimé côtoie celui d’une paire de baskets. A travers les enjeux de ces mots jetés comme des bouteilles à la mer et déjà déshumanisés par les voix des machines, l’œuvre aborde la visibilité permanente et la trace de vies exposées sur le réseau.

Photographies de l’exposition :

IMG_1381

IMG_1396

Précursion, installation en réseau (2014)

Un programme crée un film de durée infinie, en associant aléatoirement des fils d’actualités lus en temps réel, des plans vidéos (chaque fois tournés in situ près du lieu de l’exposition) et des musiques de blockbusters. Il génère leur montage en temps réel, en les superposant au hasard. En brouillant les frontières entre fiction et réalité, les associations de sens – parfois burlesques ou tragiques – qui en résultent évoquent un storytelling commun à Hollywood et aux journaux télévisés, dont la perspective est toujours l’imminence de l’événement ou de la catastrophe.

Photographies de l’exposition :

IMG_1264

Circuit fermé, vidéo d’une performance (2007)
Extrait du cycle de performances Conférences du dehors créé par Thierry Fournier en 2008, avec Emmanuelle Lafon.

Placée avec un casque devant une télévision à l’heure des publicités et du journal, la performeuse doit respecter un protocole consistant à répéter exhaustivement tout ce qu’elle entend et décrire tout ce qu’elle voit, ce qui est physiquement impossible. Le flux de parole et les bégaiements qui en résultent expriment directement la tension entre la masse d’informations délivrées et un « cerveau disponible » en saturation permanente : l’économie de l’attention au travail.

Photographies de l’exposition :

IMG_1297

Ex / if, série de vidéos (2014)

Filmés au Japon et restitués sans aucun montage, ces trois instantanés vidéos relatent des situations où l’environnement humain et urbain s’assimile lui-même à un organisme ou à une machine : flux urbain abstrait de Tokyo filmé la nuit depuis le haut d’une tour (Mori) ; entraînement de tennis par une foule où chaque joueur vocifère la description de son action (Service) ; dispositif panoptique sur un toit d’immeuble où l’accumulation de capteurs de surveillance se veut compensée par une musique d’ambiance (Cool).

Thierry-Fournier-Veilles-02

Setup, installation sonore, (2011)

L’installation délivre des ordres aux visiteurs par l’intermédiaire d’une voix semblable à celle d’une compagnie aérienne : « tout va bien se passer, merci », « tous à terre, merci », etc. En jouant sur l’ambiguïté entre œuvre, médiation inutile et message de service, l’œuvre évoque ironiquement le fantasme d’un contrôle des spectateurs.




Voir biographie

Crédits

Ecotone
Programmation et collaboration artistique Olivier Guillerminet. Coproduction Lux Scène nationale de Valence et Synesthésie dans le cadre de la résidence de Thierry Fournier en 2014. Avec le soutien du DICRéAM, du Fonds SCAN Rhône-Alpes et de la Région Ile-de-France.

Précursion
Œuvre créée dans le cadre d’une résidence à la Maison Populaire de Montreuil en 2014, avec le soutien du département de Seine Saint-Denis.

Circuit fermé
Avec Emmanuelle Lafon. Performance issue du cycle Conférence du dehors conçu et dirigé par Thierry Fournier, créé et produit dans le cadre de sa résidence à La Chartreuse – Centre national des écritures du spectacle en 2008. Production déléguée Pandore Production.

Ex / if
Remerciements à l’Institut Français du Japon, Samson Sylvain et Isabelle Olivier.

Set-up
Textes Thierry Fournier et Jean-François Robardet. Voix Juliette Fontaine.