Ecotonalia

Exposition du 31 octobre au 13 novembre 2020 de 14h à 18h
Ouverture le vendredi 30 octobre en présence de l’artiste, de 16h à 20h30
Aperto, 1 rue Étienne Cardaire, 34000 Montpellier
Prise de RV pour ouverture et exposition : aperto.free.fr

Télécharger le dossier de presse

Aperto présente Ecotonalia, exposition personnelle de Thierry Fournier qui réunit un ensemble de pièces récentes. Elle se déroule en proximité avec deux autres expositions de l’artiste à Montpellier : Órganon sur le campus de l’Université Paul Valéry (du 18 septembre au 23 octobre) et Selphish dont il a été co-commissaire avec Pau Waelder, à Mécènes du sud Montpellier-Sète (du 20 mai au 23 août). Ces trois expositions étaient initialement prévues au printemps et ont été reportées.

Ecotonalia réunit des situations où l’altérité se redéfinit dans la relation avec des entités non humaines. Le terme d’écotone – titre de l’une des œuvres de l’exposition – vient de l’écologie, où il désigne une zone de transition entre deux systèmes, un milieu entre deux milieux : une berge, une plage, une lisière… Cette notion qui est géographique et spatiale pourrait aussi être temporelle et qualifier ce moment historique où notre relation à ce qui n’est pas humain traverse une crise profonde. Elle pourrait aussi désigner notre relation à tout ce qui n’est pas humain, à travers les interfaces, les réseaux, l’ensemble des entités programmées voire considérées comme intelligentes, qui “s’adressent à nous”.

Créé pour l’exposition, le mot-valise Ecotonalia évoque alors une paraphernalia, un attirail, un ensemble de situations qui ont toutes en commun d’évoquer ces relations avec des entités au bord de l’humain, qu’elles soient organiques ou numériques. Les sujets et les corps qui composent cette exposition traversent ainsi des statuts multiples. Des désirs exprimés par les usagers de Twitter sont captés en temps réel et lus par des voix de synthèse qui génèrent un paysage infini (Ecotone). Des photographies de systèmes pileux ambigus évoquent aussi bien des humains que des formes mutantes (Hairies). Un programme s’interroge inlassablement sur la nature humaine de ses spectateurs (Just in case), des smartphones produisent des poèmes absurdes issus du langage de ceux qui les utilisent (Oracles). Un néon affiche le souhait d’être caché (Hide me), une main est figée dans un geste sur une interface (Futur instant)…

En prise avec des systèmes dans lesquels l’imitation ou le remplacement de l’humain n’a jamais constitué un enjeu aussi fort, le vivant côtoie ses ombres, ses simulacres ou ses extensions.